CORÉE DU NORD

4 questions sur l’essai nucléaire nord-coréen le «plus puissant à ce jour»

La Corée du Nord a mené son cinquième essai nucléaire vendredi, un test souterrain dont Séoul pense qu’il est le «plus puissant à ce jour»

 1  Que s’est-il passé cette nuit?

Les sismologues ont détecté à 00h30 GMT vendredi un puissant tremblement de terre artificiel, près de Punggye-ri, le site d’essais nucléaires nord-coréen. Séoul pense que ce séisme a été provoqué par l’explosion d’un engin qui a dégagé une énergie estimée à 10 kilotonnes. Si cela était confirmé, il s’agirait de l’essai le plus puissant mené pour l’instant par Pyongyang.


 2  Pourquoi Pyongyang a-t-il mené un cinquième test?

Les autorités nord-coréennes estiment qu’une force de dissuasion nucléaire crédible est essentielle à leur survie, elles qui affirment être sous la menace constante des Etats-Unis. Pyongyang menace régulièrement son voisin et rival, la Corée du Sud, mais sa priorité est le développement d’une capacité de frappe contre le continent américain.

La communauté internationale a multiplié les condamnations contre la Corée du Nord, le conseil de sécurité de l’ONU lui infligeant en mars ses sanctions les plus dures. Mais Pyongyang ne montre aucun signe de vouloir renoncer à ses programmes nucléaire et balistique. Le premier test a eu lieu en 2006. Puis le Nord a mené des essais en 2009, en 2013 et le quatrième le 6 janvier dernier.

D’après les spécialistes, ces essais visent à améliorer la fiabilité des armes nucléaires nord-coréennes de même qu’à augmenter leur puissance. Le dernier test sera scruté de près par les analystes extérieurs qui chercheront à déterminer s’il a permis au Nord de réaliser de nouveaux progrès.


 3   Dans quel état d’avancement est le programme d’armements nord-coréen?

Les quatre essais nord-coréens confirmés ont produit des séismes de plus en plus importants. Le dernier ne dément pas la tendance, avec une magnitude mesurée à 5,3. La bombe qui a détruit Hiroshima a dégagé une énergie de 15 kilotonnes. Le plus puissant essai nucléaire jamais réalisé (50 000 kilotonnes) a été mené par Moscou en 1961.

Pyongyang affirme que le test de janvier était celui d’une bombe à hydrogène, bien plus puissante que la bombe atomique ordinaire. Mais d’après les spécialistes, l’énergie dégagée (six kilotonnes) était bien trop faible pour un engin thermonucléaire.

Lire aussi: Quelles sont les différences entre une bombe A et une bombe H?

Les experts préviennent cependant que Pyongyang progresse. «Avec chaque nouveau test, ils peuvent apprendre beaucoup de choses», avait dit en janvier le scientifique Siegfried Hecker. Pyongyang affirme aussi avoir réussi à miniaturiser les têtes nucléaires de façon à pouvoir les monter sur des missiles.

Couplé aux revendications d’avancées nord-coréennes en matière de missiles balistiques, cela est très préoccupant pour la communauté internationale. Celle-ci craint que Pyongyang n’avance vers son objectif: se doter de la capacité de porter le feu nucléaire sur le continent américain.


 4  Comment vont réagir la communauté internationale et la Chine?

Les condamnations des Etats-Unis et de leurs alliés ne vont sans doute pas tarder, avec des appels vraisemblables au conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il prenne des mesures de rétorsion supplémentaires.

Mais Pékin va se retrouver au centre de toutes les attentions. La Chine est le principal allié diplomatique de la Corée du Nord, en plus d’être son bienfaiteur économique. Mais la patience de Pékin s’épuise face au programme nucléaire nord-coréen auquel elle s’oppose avec force car elle le voit comme un facteur d’instabilité.

L’incapacité apparente de la Chine de limiter les ardeurs du régime nord-coréen est embarrassante. Les derniers tirs de missiles nord-coréens sont survenus cette semaine en plein sommet du G20 à Pékin.

La Chine veut cependant éviter à tout prix toute initiative qui pourrait provoquer l’instabilité à sa frontière. Le scénario du pire serait pour elle un effondrement du régime, avec l’arrivée potentielle de millions de réfugiés et la reprise en main du territoire par les alliés sud-coréen et américain.

Publicité