Etats-Unis

400 manifestants pro-démocratie arrêtés au pied du Capitole

La police a arrêté plusieurs centaines de manifestants qui s'étaient installés sur les marches en bas du Congrès américain. Le mouvement Democracy Spring soutenu par Chomsky et d'autres intellectuels proteste contre le rôle de l'argent dans la politique

Plus de 400 personnes du mouvement Democracy Spring (Printemps de la démocratie) ont été interpellées lundi pour manifestation illégale devant le Capitole, a annoncé la police. Les forces de l'ordre ont arrêté celles qui étaient assises sur les marches de l'aile est du siège du Congrès américain à Washington.

Les organisateurs de ce mouvement qui cherche à supprimer l'influence de l'argent de la vie politique ont prévu de réitérer leur protestation tous les jours pendant une semaine.

Les manifestants voulaient «demander au Congrès d'agir immédiatement pour mettre fin à la corruption par l'argent dans la politique et assurer des élections libres et équitables», selon le site internet de Democracy Spring.

Parmi les soutiens affichés par l'association figurent des personnalités comme l'acteur Mark Ruffalo et le philosophe et professeur de linguistique Noam Chomsky.

Association non partisane

«Nous estimons que c'est la maison du peuple et que le Congrès doit être responsable devant le peuple. Il faut que les droits des électeurs soient protégés», a déclaré Peter Callahan, directeur de la communication du groupe.

Les manifestants ont brandi un épouvantail à l'effigie d'un lobbyiste portant des sacs d'argent avec une pancarte où on pouvait lire : «Attention : à suivre, désobéissance civile massive.»

Democracy Spring est l'héritier du mouvement Occupy Los Angeles. Ses membres sont plutôt des démocrates mais Peter Callahan explique que l'association est non partisane.

«Nous constatons que le populisme a le vent en poupe ; des deux côtés de l'échiquier politique, constate-t-il. Les Américains en ont assez que leurs politiques soient achetés et payés.»

Lire: Donald Trump est élu président: une politique-fiction du «Boston Globe»

Publicité