aFGHANISTAN

Au moins 41 victimes dans un attentat

Une quarantaine de personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées ce mardi dans un attentat suicide à la voiture piégée contre un marché de l’est afghan, près de la frontière pakistanaise

En matinée, un kamikaze a fait exploser son véhicule tout près d’une mosquée dans un bazar du district d’Urgun de la province de Paktika.

«Nous ne savons pas quelle était la cible, mais l’explosion était très forte», a déclaré à l’AFP le chef de l’administration locale, Mohammad Razaq Kharoty, en précisant que l’attentat avait endommagé des dizaines de commerces et des habitations se trouvant à proximité.

Des responsables locaux avaient fait état initialement de 25 tués et d’une cinquantaine de blessés, mais ce bilan s’est alourdi au cours de la journée.

Attaque dénoncée par Karzaï

En début de soirée, la présidence évoquait 41 tués, dont six enfants et l’imam de la mosquée locale, et plus d’une soixantaine de blessés dans cet attentat suicide, l’un des plus meurtriers à avoir été perpétré en Afghanistan au cours des dernières années.

«Le président afghan a condamné l’attaque et ajouté que cet acte commis pendant le ramadan (mois du jeûne musulman) était impardonnable», a indiqué le bureau de Hamid Karzaï dans un communiqué.

D’autres sources officielles ont donné différents bilans, allant jusqu’à 89 tués.

Selon le porte-parole du ministre de l’Intérieur Sediq Seddiqi, les explosifs avaient été placés à bord d’un camion, que la police a tenté d’arrêter sans succès.

Pas revendiqué

Cet attentat est intervenu à un moment délicat dans un pays en plein recomptage des bulletins de vote à l’issue d’une élection présidentielle controversée que les talibans avaient promis de perturber.

Les insurgés ont toutefois pris leurs distances avec l’attentat de mardi, les dirigeants du mouvement ayant ordonné de ne pas viser les civils.

«La vérité derrière cet attentat va apparaître après enquête, mais nous annonçons clairement que cela n’est pas le fait des moudjahidin de l’Emirat islamique d’Afghanistan», a souligné un porte-parole taliban Zabihullah Mujahid dans un communiqué.

«Les moudjahidin ne mènent pas ce genre d’attentat, et ce genre d’attentat ne leur profite en rien», a-t-il ajouté.

Heurts auparavant

Selon un chef adjoint de la police locale, celle-ci avait été informée de l’imminence d’un attentat et était en train de prendre en chasse le véhicule piégé au moment où celui-ci a explosé.

La Paktika, l’un des repaires des talibans du réseau Haqqani, se trouve à la frontière des zones tribales pakistanaises, où l’armée mène depuis un mois une offensive contre les rebelles islamistes.

Selon de nombreux témoignages locaux, cette offensive a poussé des centaines de combattants à passer la frontière afghane.

2 tués dans d’autres violences

A Kaboul, un autre attentat, revendiqué par les talibans, a tué deux employés du service de presse du président Hamid Karzaï et a blessé cinq autres personnes.

«Toutes les victimes travaillaient au service média de la présidence», a déclaré le porte-parole de la police de Kaboul, Hashmat Estanakzai.

Selon l’ONU, le nombre de victimes civiles du conflit afghan a fortement augmenté cette année, un signe inquiétant de l’intensification des combats au sol à six mois du retrait des forces de l’OTAN.

La mission de l’ONU en Afghanistan (UNAMA) a indiqué que 1564 civils (17% de plus par rapport à la même période de 2013) sont décédés entre le 1er janvier et le 30 juin dans le conflit afghan.

Publicité