états-Unis

A 5 ans, il abat sa sœur de 2 ans avec son propre fusil

Un petit Américain de 5 ans qui jouait avec un fusil qu’on lui avait offert a tué mardi sa petite sœur de 2 ans dans leur maison du Kentucky, a-t-on appris auprès de la police. Selon le médecin légiste du comté rural de Cumberland, il s’agit d’un accident

C’est une histoire qui vient s’ajouter à la longue liste des histoires liées à l’accessibilité des armes aux Etats-Unis. Les dépêches d’agences nous apprennent donc qu’un bambin de 5 ans a abattu sa sœur de 2 ans avec le fusil (à un coup, c’est un fusil pour enfant) que ses parents lui avaient offert. «Cela fait partie de ces accidents insensés», a déclaré le responsable de l’enquête, Gary White, interrogé par le journal local, The Lexington Herald-Leader.

Selon le médecin, la maman des enfants faisait le ménage et était momentanément sortie devant la maison.

Un 22 long rifle spécialement étudié pour les enfants

Le fusil, conçu pour les enfants, était un cadeau que le petit garçon avait reçu l’année dernière. Il était stocké dans le coin d’une pièce et les parents ne savaient pas qu’il restait une munition à l’intérieur, a affirmé le médecin légiste.

«C’est un petit fusil pour enfant, de marque Crickett. Le petit garçon avait l’habitude de tirer avec», a-t-il confié au Lexington Herald-Leader.

Crickett et les fusils pour bambins, c’est une success story commencée en 1996 et qui a rapidement fait de la petite entreprise familiale le leader des fusils pour cette gamme d’âge.

Une visite sur le site du fabricant (dont l’adresse physique, cela ne s’invente pas, est 155 Sodom Road à Milton, Pennsylvanie) permet de consulter la section consacrée aux témoignages de parents, ravis d’avoir acquis pour leur progéniture un «Davey Crickett rifle». Ainsi, Jessie, de l’Ohio, ne tarit pas d’éloges: «J’ai récemment acheté un de vos fusils pour ma fille de 7 ans et je n’ai que du positif à déclarer à ce sujet. Pour dire les choses simplement, elle l’adore et ne manque pas une opportunité d’aller tirer avec moi. […] Elle trépigne d’impatience d’aller chasser l’écureuil dès l’ouverture de la saison […].»

Même enthousiasme chez ce père, à propos de sa fillette de 4 ans et demi: «Merci de soutenir la prochaine génération de tireurs amateurs. Ma fille de 4 ans et demi était d’avis que le modèle rose était bien supérieur au noir. Allais-je argumenter? Je n’aurais jamais imaginé qu’un fusil rose trônerait ainsi dans le rack de la chambre d’armes.»

Il n’y a bien sûr pas que les parents qui s’expriment sur le site, les enfants aussi. Prenez le petit Albert, par exemple, que du bonheur: «Merci d’avoir fabriqué une aussi bonne arme. C’est ma première. Je l’aime vraiment. Elle me donne beaucoup de satisfaction lorsque je tire avec mon père. Je la garderai toujours et la léguerai à mon enfant […].»

L’Agence France-Presse nous apprend que Crickett n’a pas souhaité répondre à ses questions. Elle rappelle qu’aux Etats-Unis, 851 personnes sont mortes en 2011, victimes d’une balle perdue tirée par accident. Sur la même période, ces accidents ont fait quelque 14 675 blessés, dont 7991 mineures et 3569 âgées de moins de 13 ans, toujours selon la même source.

Sur le site de Crickett, on peut lire la mission que s’est assignée la compagnie: «Instiller la sécurité des armes dans l’esprit des jeunes tireurs et les encourager à gagner le respect que chasser et tirer méritent.»

Depuis ce récent événement, la polémique fait rage: les partisans d’un contrôle plus strict des armes y voient la confirmation de leur opinion. Le lobby des armes, lui, ne met pas la faute sur l’arme (et son accessibilité), mais sur les humains qui manquent à leur devoir de prudence.

Publicité