Le scénario catastrophe a un nouveau nom en France: la convergence des colères. Lorsque Emmanuel Macron s’était attaqué, sitôt après avoir été élu en mai 2017, à la réforme de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), l’expression redoutée par le gouvernement était «la convergence des luttes». Deux ans et demi plus tard, l’idée de luttes parallèles, canalisées par les syndicats et impliquant surtout les fonctionnaires, ne tient plus la corde.

Lire aussi l'opinion: Pourquoi la SNCF peut faire dérailler Macron