«L'étude constate que 5% de la population espagnole a été en contact avec le virus, un peu plus de 2 millions de personnes», a déclaré le ministre de la santé, Salvador Illa, en commentant les premiers résultats partiels d'une étude séro-épidémiologique lancée le 27 avril et concernant un échantillon de plus de 60 000 personnes.

Ces résultats confirment que le virus a beaucoup plus circulé dans le centre du pays - où est située la capitale Madrid - qui a payé le plus lourd tribut à la pandémie.

Lire aussi: «Arancha Gonzales Laya, une ministre espagnole à cœur ouvert»

Taux élevés dans les régions de Castille et Léon et de Castille-La Manche

Le taux de prévalence est de 11,3% dans la région de Madrid qui demande au gouvernement de l'autoriser à commencer la semaine prochaine son déconfinement, après avoir été exclue du processus lancé lundi dans une partie du pays. Les taux les plus élevés ont été enregistrés dans les régions voisines de Castille et Léon (14,2% dans la province de Soria) et de Castille-La Manche (13,5% dans la province de Cuenca).

Lire encore: En Espagne, les séparatistes catalans contre le virus de la centralisation

En revanche, dans la province de Barcelone (Est), également très touchée par la pandémie, le taux n'est que de 7,1%. Dans d'autres provinces du Sud, de l'Est ou du Nord-Ouest du pays, il est beaucoup plus faible comme à Séville (2,3%).

Le gouvernement conforté sur son déconfinement par phases

Cette étude montre que le pays, l'un des plus touchés du monde par la pandémie, est très loin d'un niveau suffisant, estimé à 65-70%, pour atteindre une immunité collective et éviter une deuxième vague. Le gouvernement espagnol n'a communiqué pour l'instant que les résultats d'une première vague de «tests rapides» de détermination d'anticorps, qui se fait par une piqûre dans le doigt, et n'a pas encore dévoilé les résultats des autres tests faits par prise de sang.

Pour le ministre Illa, cette étude donne raison au gouvernement espagnol qui a mis en oeuvre un déconfinement prudent par phases, adapté en fonction des territoires, et qui a commencé cette semaine seulement pour la moitié des Espagnols.

Une étude publiée mercredi en France a montré que moins de 10% de la population avait été contaminée dans la région parisienne et dans le Nord-Est, les deux zones les plus touchées en France, et 4,4% au niveau national.

A lire également: Le personnel soignant désarmé en Espagne

L'Espagne est le quatrième pays le plus endeuillé du monde par la pandémie, avec 27 104 morts, dont 184 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures. En outre, 228 691 cas ont été confirmés dans le pays par tests virologiques PCR.