Le naufrage d’un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu’à 700 morts, a annoncé le Haut-commissariat de l’Onu pour les réfugiés. Si ces chiffres sont confirmés, il s’agirait de la «pire hécatombe jamais vue en Méditerranée».

Le chalutier a chaviré à environ 110 km des côtes libyennes avec à son bord plus de 700 personnes, a indiqué aux télévisions italiennes, Carlotta Sami, porte-parole du HCR en Italie. Elle s’appuyait sur le récit de 28 survivants récupérés par un navire marchand.

Une importante opération de secours a été mise en place avec le concours des marines italienne et maltaise, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la marine maltaise. Il précise que l’alerte a été donnée vers minuit.

Appels au secours

Et selon les médias italiens, quelque 21 cadavres ont été récupérés. Il n’a toutefois pas été possible dans l’immédiat d’obtenir confirmation de cette information.

Le chalutier a lancé dans la nuit de samedi à dimanche un appel au secours reçu par les garde-côtes italiens. Ceux-ci ont aussitôt demandé à un cargo portugais de se dérouter.

A leur arrivée sur les lieux, à environ 220 km au sud de l’île italienne de Lampedusa, l’équipage a vu le chalutier chavirer, selon le HCR. C’est probablement quand les 700 migrants à bord se sont précipités tous du même côté à l’arrivée du cargo portugais que le drame est survenu, a encore précisé Carlotta Sami.

Réunion des ministres européens

L’Union européenne s’est dite profondément affectée dimanche par le nouveau naufrage d’un bateau de migrants en Méditerranée qui aurait fait près de 700 morts et a annoncé la tenue prochaine d’une réunion des ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères pour prendre des mesures.

«Des vies humaines sont en jeu, et l’Union européenne dans son ensemble a l’obligation morale et humanitaire d’agir,» a réagi la Commission, qui prépare une nouvelle stratégie sur l’immigration qui doit être adoptée mi-mai.

Entre 500 et 1000 par jour

Si ce bilan devait être confirmé, il viendrait s’ajouter aux quelque 450 morts et disparus lors de deux précédents naufrages en moins d’une semaine. Là encore, ce sont les récits de survivants qui ont permis d’établir ces bilans.

Le flux de migrants provenant de Libye ne cesse de grossir. Entre 500 et parfois 1000 personnes sont chaque jour récupérées par les garde-côtes italiens ou des navires marchands.