Soixante-dix-sept personnes ont été tuées, 26 blessées et au moins une est portée disparue après l’accident dimanche après-midi d’un Boeing 727 de la compagnie Iran Air qui s’est écrasé dans le nord-ouest de l’Iran, selon un nouveau bilan de la police rapporté lundi par la télévision d’Etat.

L’agence de presse Isna a fait état lundi du même bilan mais a évoqué deux personnes disparues.

«Ce vol avait 105 personnes à bord, 94 passagers et onze membres d’équipage. Selon les derniers chiffres de l’accident, 77 personnes ont été tuées, 26 blessées et deux sont portées disparues», a indiqué le chef du comité de crise du ministère des Routes et des Transports Ahmad Majidi à Isna.

«En raison des mauvaises conditions météorologiques, le commandant de l’avion n’a pas pu atterrir à l’aéroport d’Orumiyeh, il a voulu revenir mais pour une raison inconnue il s’est écrasé à environ cinq km de l’aéroport», a indiqué M. Majidi.

Des accidents nombreux

L’Iran a connu une quinzaine de catastrophes aériennes au cours des 10 dernières années, faisant plus de 900 morts.

Sa flotte aérienne civile et militaire est vétuste et manque d’entretien, en raison notamment d’un embargo américain sur tous les composants aéronautiques imposé par Washington dans les années 80 après la Révolution islamique.

L’accident le plus meurtrier a eu lieu en février 2003, quand un avion transportant des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime iranien, s’est écrasé, faisant 302 morts.

Plus récemment, en juillet 2009, 168 personnes à bord d’un Tupolev étaient mortes après que l’appareil eut pris feu, tombant dans la campagne, au nord-est de Téhéran.