Il y a tout d’abord les constats, choquants. 821 millions d’individus souffrent encore de la faim dans le monde bien que la production globale suffise pour nourrir tout le monde. Des chiffres comparables à la situation d’il y a une décennie. La malnutrition (manque de vitamines, de minéraux et de protéines) touche 2 milliards de personnes. Dans le même temps, 1,9 milliard sont en surpoids et obèses. La détérioration de la sécurité alimentaire est sérieuse. C’est aussi ce qui pousse Catherine Geslain-Lanéelle à relever le défi: se faire élire au poste de directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).