Un automne ordinaire et studieux. C’est ainsi que j’avais imaginé mon semestre à l’Université de Leipzig. Je n’étais pas encore journaliste au Temps, mais étudiant à l’Ecole d’interprètes de Zurich. Et puis l’histoire est venue chambouler mes plans. On est lundi soir, 9 octobre 1989. Je suis dans la ville de Bach et de Wagner depuis à peine deux semaines. Je suis transi par le froid de l’automne, caractéristique de l’Europe centrale. L’air, empreint d’émanations de lignite, titille les narines.

Ce soir-là, je ne suis pas dans les salles de séminaire de la «dent de sagesse», surnom donné au bâtiment de l’université. Je suis dans la rue. Avec une foule impressionnante que j’ai de la peine à évaluer et qui sera plus tard estimée à plus de 70 000 personnes, je défile le long du Leipziger Ring, une artère qui traverse la cité. Happé par cette vague humaine, je ne peux plus faire marche arrière. La foule avance lentement vers le bâtiment de la Sécurité d’Etat (Stasi).