Un mois après avoir été chassé du pouvoir et placé en résidence surveillée, le premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, a retrouvé son poste dimanche. Il continuera de cohabiter avec l’armée qui l’avait provisoirement écarté avant d’être contrainte de le réinstaller sous la pression internationale et de la rue soudanaise, qui a, une nouvelle fois, payé un lourd tribut à sa mobilisation pour la démocratie.