Au total 22 corps de «creuseurs» ont été retrouvés lundi, trois jours après la catastrophe dans la cité minière de Kamituga dans la province du Sud-Kivu, selon un témoin sur place. Dès le matin, les secours ont poursuivi leurs recherches en présence des habitants. Une vingtaine de familles ont signalé la disparition d'au moins un proche, d'après le maire.

Les «creuseurs» de Kamituga cherchaient de l'or sur le site d'une filiale de la société canadienne Banro, qui a annoncé la suspension de ses activités industrielles il y a un an. Ils revendaient l'or qu'ils parvenaient à extraire, au péril de leur vie, à des comptoirs d'achat et des négociants locaux. «A Kamituga, on peut trouver 300 comptoirs d'achat», d'après Raoul Kitungano, coordonnateur de l'ONG Justice pour tous. Ces négociants exportent ensuite l'or artisanal du Sud-Kivu et de l'Ituri vers les pays frontaliers voisins (principalement Burundi et Ouganda).

Destination Dubaï

Un trafic qui échappe largement au contrôle des autorités congolaises. «Un haut fonctionnaire de l'administration minière du Sud-Kivu a estimé qu'environ 300 kg d'or non déclarés étaient passés en transit chaque mois par Bukavu, mais les statistiques des autorités provinciales ne montraient que 5 kg en moyenne par mois», explique un rapport d'experts des Nations unies sur la RDC de juin 2019.

Lire aussi: «L'or douteux de Dubaï est prisé en Suisse»

«Les négociants locaux revendent le produit du travail des creuseurs artisanaux mal payés à des trafiquants transfrontaliers, qui exportent à leur tour clandestinement cette production vers Bujumbura principalement, ou Kampala», détaille Me Lambert Djunga, avocat spécialisé dans les mines joint par l'AFP. Kampala et Bujumbura abritent des comptoirs qui revendent l'or «à des prix élevés aux monarchies du Golfe ou en Europe», ajoute-t-il. Selon le rapport d'experts des Nations unies, Dubaï demeure la destination finale de l'or produit par les mineurs pratiquant l'exploitation artisanale en RDC.

Prix de l'or au plus haut

Sur fond de crise économique, l'or a atteint un sommet historique en août, au-dessus de 2000 dollars l'once (31 grammes). Éternelle valeur refuge, réserve de change des banques centrales, l'or sert aussi évidemment à fabriquer des bijoux et est utilisée en dentisterie et en médecine.

«L'or est présent en petites quantités dans presque tous les appareils électroniques, du téléphone cellulaire aux télévisions en passant par les GPS et les ordinateurs», rappelle aussi l'ONG Impact. Au total, la production d'or artisanale représenterait 25% de la production industrielle des régions aurifères de la RDC (Sud-Kivu et surtout Ituri), d'après Me Djunga.

Lire aussi: «Les nombreuses failles du contrôle de l'or en Suisse»

Outre l'or, la RDC produit aussi du cobalt, du cuivre et du coltan. «La Banque mondiale estime que l'exploitation minière artisanale constitue le moyen de subsistance de dix millions de Congolais», souligne l'ONG Impact, qui plaide pour plus de transparence dans les chaînes d'approvisionnement. Le rapport des experts des Nations unies a établi «que certains groupes armés continuaient de financer leurs opérations par des activités d'extraction illégales, contaminant ainsi la chaîne d'approvisionnement».