L’agence Frontex assure-t-elle aujourd’hui la défense de l’Union européenne et de ses valeurs? Oui pour les 27 Etats membres de l’UE, qui ont avalisé la semaine dernière le lancement d’une opération de soutien à la Grèce qui démarrera le 12 mars, avec le déploiement de patrouilles Frontex renforcées le long du fleuve Evros entre les territoires grecs et turcs, et 700 millions d’euros d’aide débloqués d’urgence pour Athènes. Non pour Jean Ziegler, auteur de Lesbos, la honte de l’Europe (Ed. Seuil). L’essayiste suisse s’exprimait vendredi à la librairie Payot de Genève.

«Présenter le rejet des migrants qui cherchent à trouver refuge en Grèce comme la seule solution pour résister à la surenchère du président Erdogan est une aberration politique et un crime humanitaire. C’est par la mise en place d’un dispositif d’accueil digne de ce nom, conforme à ses valeurs, que l’UE s’imposera face à un pouvoir turc indigne. Accueillir et résister, c’est possible.» Un avertissement d'actualité puisque ce lundi soir, le chef de l'Etat turc rencontrera à Bruxelles les dirigeants de l'UE.