L'ancienne collaboratrice et amante du financier Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, a plaidé mardi non coupable de trafic de mineures et d'incitation à la prostitution lors d'une audience du tribunal fédéral de Manhattan.

Personnalité de la jet-set, Ghislaine Maxwell est accusée d'avoir recruté des jeunes filles, dont certaines mineures, pour Jeffrey Epstein, mort en prison en août 2019.

L'audience de mardi doit être aussi l'occasion pour la fille de l'ancien magnat britannique des médias Robert Maxwell de demander sa remise en liberté sous caution. Elle a proposé pour cela des garanties à hauteur de cinq millions de dollars. La procureure fédérale de Manhattan, Audrey Strauss, s'est opposée à cette requête, affirmant que l'accusée présentait un risque de fuite "extrême". Fortunée, disposant de plusieurs passeports, elle dispose aussi, selon l'accusation, d'un réseau de connaissances à l'étranger qui lui permettrait de quitter facilement les Etats-Unis.

Lire aussi: Ghislaine Maxwell, ancienne collaboratrice de Jeffrey Epstein, a été arrêtée par le FBI aux Etats-Unis

Des adolescentes du monde entier

Ghislaine Maxwell a été interpellée dans le New Hamsphire le 2 juillet après plusieurs mois de cavale. Elle a été depuis été inculpée de trafic de mineures, d'incitation à la prostitution, sur une période allant de 1994 à 1997, ainsi que d'avoir menti sous serment. Elle aurait recruté pour Jeffrey Epstein plusieurs adolescentes dans plusieurs villes du monde pour qu'elles aient des relations sexuelles avec le financier, qui s'est pendu dans sa cellule début août 2019. Si elle était reconnue coupable de l'ensemble des chefs d'accusation retenus contre elle, cette femme de 58 ans risquerait la prison à vie.

Plusieurs victimes présumées du financier ont affirmé avoir été contraintes d'avoir des relations sexuelles avec plusieurs autres hommes, principalement des célébrités ou des personnes influentes.

Le prince Andrew, que Ghislaine Maxwell a mis en relation avec Jeffrey Epstein, a notamment été accusé par l'une d'entre elles. Le duc d'York a toujours démenti ces allégations, mais n'a pas collaboré, jusqu'ici, avec les autorités américaines.