Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'ambassade de Russie à Paris. 
© ALAIN JOCARD

Diplomatie

Affaire Skripal: les Etats-Unis et les Occidentaux expulsent des diplomates russes

Dans un geste de solidarité avec Londres, plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne, ont annoncé l'expulsion de diplomates russes sur fond de tensions liées à l'affaire Skripal. De son côté, Washington renvoie 60 «espions»

Quatorze pays de l'Union européenne ont décidé ce lundi d'expulser des diplomates russes à la suite de l'empoisonnement en Grande-Bretagne de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, a annoncé le président du Conseil européen Donald Tusk.

Aux Etats-Unis, un haut responsable de l'administration américaine a indiqué que 48 «agents de renseignement connus dans diverses missions aux Etats-Unis et 12 de plus à la mission russe de l'ONU ont sept jours pour quitter les Etats-Unis. Washington va en outre fermer le consulat russe de Seattle. Ces expulsions sont les plus importantes depuis au moins la fin de la guerre froide.

L'Australie s'est jointe mardi au mouvement, en annonçant l'expulsion de deux diplomates russes. Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a estimé que l'attaque de Salisbury participait d'un «schéma de comportement dangereux et délibéré de l'Etat russe qui constitue une menace croissante pour la sécurité internationale».

Mesures supplémentaires possible 

«De manière concertée, 14 pays de l'UE ont décidé d'expulser des diplomates russes», a déclaré Donald Tusk, de Varna, en Bulgarie, où il doit participer à une réunion des dirigeants de l'UE avec le président turc Recip Tayyip Erdogan. «Des mesures supplémentaires, incluant de nouvelles expulsions, ne sont pas exclues dans les prochains jours et (les prochaines) semaines», a ajouté Donald Tusk.

Il revient à chaque pays d'annoncer les expulsions de diplomates russes de son territoire, a précisé un responsable européen. La mesure doit concerner plus de trente diplomates, qui s'ajoutent aux 23 diplomates russes expulsés par la Grande-Bretagne tandis que d'autres doivent suivre, a-t-il souligné.

Unis face à l'adversité

La mesure avait été décidée par les chefs d'Etat ou de gouvernement réunis en sommet jeudi dernier à Bruxelles après l'adoption d'une déclaration incriminant la Russie dans l'empoisonnement de l'ancien agent double russe et de sa fille Yulia le 4 mars à Salisbury.

Les dirigeants européens ont dans un premier temps voulu expulser des diplomates en poste dans les représentations de la Russie auprès de l'Union européenne, mais ces derniers sont officiellement accrédités auprès du Royaume de Belgique, puisque les institutions, entités non-étatiques, sont situées sur le territoire belge. La décision de les expulser aurait incombé aux autorités belges, ce que le Premier ministre belge Charles Michel a refusé de faire, a raconté à l'AFP un des participants à la réunion.

Les dirigeants européens ont alors demandé le rappel du chef de la délégation de l'UE à Moscou pour consultations, la première mesure annoncée pendant le sommet, renvoyant à ce lundi des mesures nationales coordonnées.

Les premières annonces faites lundi sont venues de l'Allemagne (quatre expulsions), de la France (quatre), de la Pologne (quatre), de la République Tchèque et de la Lituanie (trois), de l'Italie, du Danemark, des Pays-Bas (deux chacun), de l'Estonie, de la Lettonie et de Finlande (un). Les trois autres pays sont la Roumanie, la Suède et la Croatie, selon des sources diplomatiques. Les Etats-Unis ont pour leur part expulsé 60 «espions» russes, cependant que l'Ukraine et le Canada ont respectivement procédé à 13 et quatre expulsions.

L'Ukraine a annoncé l'expulsion de 13 diplomates. Le Canada a décidé quant à lui l'expulsion de quatre citoyens russes soupçonnés d'activités d'espionnage ou de s'être immiscés dans les affaires intérieures du Canada. En outre, Ottawa a refusé d'accorder une accréditation à trois autres diplomates.

Décision «injustifiée»

La Russie a immédiatement réagi à ces annonces, promettant d'expulser à son tour des diplomates occidentaux, dénonçant une «provocation». «Ce geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres (...) témoigne de la poursuite d'une ligne de confrontation visant à aggraver la situation», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov, a estimé que la décision des Etats-Unis était «injustifiée» et anéantissait le peu qui restait des relations américano-russes, écrit l'agence de presse russe RIA.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a