Russie

Affaire Skripal: le Kremlin juge «choquant et impardonnable» de mettre en cause Vladimir Poutine 

En riposte aux sanctions imposées par Londres dans le cadre de l'affaire Skripal, la Russie a à son tour prévu d’expulser des diplomates britanniques 

Le Kremlin a jugé vendredi «impardonnable» de désigner personnellement le président russe Vladimir Poutine comme responsable de l’empoisonnement en Angleterre d’un ex-espion russe. Il a ainsi réagi à une déclaration du chef de la diplomatie britannique Boris Johnson.

«Toute mention ou référence à notre président n’est rien d’autre que choquant et impardonnable en termes d’étiquette diplomatique», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. La Russie a d’ailleurs prévenu de son intention d’expulser des diplomates britanniques en riposte aux sanctions imposées par Londres.

Lire aussi: Ex-agent empoisonné: la pression des Occidentaux croît sur la Russie

«Pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale»

Le gouvernement britannique accuse Moscou d’être derrière l’empoisonnement de l’ancien agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. Tous deux ont été retrouvés inconscients début mars à Salisbury.

Pour Boris Johnson, l’implication de Moscou et du président Vladimir Poutine est «extrêmement probable». «Nous n’avons rien contre les Russes-eux mêmes. (...) Nous sommes en conflit avec le Kremlin de Poutine et avec sa décision - et nous pensons qu’il est extrêmement probable qu’il s’agisse de sa décision - d’utiliser un agent innervant dans les rues du Royaume-Uni, dans les rues d’Europe pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale», a-t-il déclaré.

Développement suit.

Publicité