La crise liée au coronavirus a placé le jeune ministre de la Santé Jens Spahn au centre de la scène médiatique allemande. Après une année de pandémie, ce conservateur de 40 ans, longtemps salué pour son efficacité, est désormais sous le feu croisé des critiques. Dernière en date, et non des moindres, le magazine Der Spiegel évoque un possible conflit d’intérêts dans l’achat en avril 2020 par son ministère de 570 000 masques FFP2 via le groupe Burda, pour lequel travaille son époux, Daniel Funke. Ce dernier dirige le bureau berlinois de ce groupe spécialisé dans l’édition et sans lien direct avec le monde médical.

Lire aussi: L'Allemagne va serrer la vis sanitaire, la droite suisse veut un passeport vaccinal: les nouvelles du 21 mars