Droits humains

Affluence et un palmarès engagé pour le FIFDH

Affluence record pour la 12e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains

Affluence et palmarès engagé pour la 12e édition du FIFDH

C’est l’édition de tous les superlatifs. Avec plus de 25 000 festivaliers – soit 2000 de plus qu’en 2013, plus de 150 intervenants, 17 débats et des projections spéciales –, le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), qui s’est tenu du 7 au 16 mars à Genève, s’est félicité d’être parvenu à «répercuter la parole de celles et ceux qui résistent à l’oppression», a commenté Léo Kaneman, le directeur du festival.

Cette 12e édition s’articulait autour de trois notions. La mobilisation, d’abord, de l’ancien ministre français Robert Badinter et de l’avocate camerounaise Alice Nkom, qui se sont dressés contre les discriminations qui pèsent sur les personnes LGBT. «Un duo Nord-Sud qui représente l’universalité des droits humains», selon Léo Kaneman.

L’indignation, avec la venue Macha Maria Alekhina, du groupe punk Pussy Riot, exhortant les festivaliers à s’engager pour les prisonniers politiques en Russie. L’indignation toujours avec la soirée Yes We Scan animée par Le Temps. Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks qui intervenait via Skype depuis l’ambassade d’Equateur à Londres, et son avocat Baltasar Garzon (lire interview) ont dénoncé les dérives de la cybersurveillance.

L’engagement, enfin, des artistes. Pendant dix jours, une quarantaine de films, dont 28 en compétition, ont démontré que la démarche créative des cinéastes est un vecteur essentiel pour les droits humains. Parmi les films primés: Return to Homs, le documentaire du réalisateur syrien Talal Derki.

Le palmarès sur www.fifdh.org

Publicité