Des rumeurs d'une ouverture imminente de la frontière entre la Grèce et la Macédoine ont provoqué ce dimanche matin une certaine effervescence dans le camp d'Idomeni, au moment où les autorités grecques tentent d'évacuer 11 600 personnes qui y sont bloquées après la fermeture de la route des Balkans vers l'Europe.

Des dizaines de réfugiés se pressent sur des voies ferrées en chantant, attendant que d'autres arrivent, rapporte un journaliste de l'AFP, tandis que des policiers grecs équipés de boucliers se mettent place.

«Les gens sont là depuis longtemps. Je crois que c'est très dangereux de traverser, surtout avec des enfants, mais que faire?», confie à l'AFP Qasim Mosawy, un Afghan de 24 ans.

Faux espoirs

D'autres migrants reviennent par dizaines vers le poste-frontière d'Idomeni à travers champs, à la suite de rumeurs selon lesquelles, dimanche à midi, des membres d'ONG et des journalistes allaient forcer les autorités macédoniennes à ouvrir la frontière.

«Nous essayons de renforcer notre campagne d'information en direction des réfugiés. Mais il y a des gens qui, pour des raisons que nous ignorons, soulèvent de faux espoirs», explique Giorgos Kyritsis, porte-parole de SOMP, l'agence qui coordonne les efforts d'Athènes face à la crise des migrants.

Il y a deux semaines, des centaines de migrants ont été stoppés par l'armée macédonienne après avoir tenté en vain de quitter la Grèce en traversant une rivière au péril de leur vie : trois Afghans et une femme enceinte s'y sont noyés et les autres ont été refoulés vers la Grèce.

Moins de 200 migrants par jour en provenance de Turquie

Le flux de migrants en provenance de Turquie a continué à diminuer, depuis l'entrée en vigueur il y a une semaine de l'accord UE-Turquie censé barrer la route migratoire européenne.

Alors qu'avant cet accord, le nombre d'entrées quotidiennes se comptait en milliers, les autorités ont indiqué, samedi, que 78 personnes seulement étaient arrivées vendredi sur les îles grecques et 161 jeudi. Le nombre de migrants présents sur le sol grec s'élève à 50 236.

Lire aussi : A Lesbos: «Le plus dur, c'est les enfants morts"