Des affrontements ont éclaté, dimanche, entre manifestants et forces de l'ordre lors d'une marche pour les Mapuches, principal peuple autochtone du Chili, faisant une morte et 17 blessés, et entraînant une dizaine d'arrestations à Santiago, a indiqué la police chilienne.

La «Marche pour la résistance mapuche et l'autonomie des peuples», convoquée via les réseaux sociaux, a réuni près d'un millier de personnes au centre de la capitale chilienne, dont beaucoup de représentants des communautés mapuches qui portaient des ponchos, le traditionnel bandeau mapuche «trarilonco» sur la tête et le drapeau de cette communauté amérindienne.

L'opinion du 26 novembre 2018: De Genève au Chili: on tue la mémoire mapuche

Denisse Cortés, une avocate de 43 ans, est morte à la suite d'une blessure provoquée par des feux d'artifice pendant la marche, a annoncé l'hôpital l'ayant prise en charge. Les feux d'artifice ont été lancés par un groupe de personnes cagoulées, et «l'une d'entre elles a touché la manifestante qui se trouvait à côté de Carabineros (policiers au Chili)», a expliqué Enrique Monras, chef de la police de la capitale.

Le parquet a ouvert une enquête «pour clarifier ce qui s'est passé de manière injuste dans cette violence disproportionnée», a déclaré Rodrigo Delgado, ministre de l'Intérieur.

9 personnes arrêtées

A l'approche d'une des avenues principales de la ville, la police a tenté de disperser la manifestation avec des engins lanceurs d'eau et des gaz lacrymogènes.

Les manifestants ont riposté à coups de bâtons et de jets de pierres lors d'affrontements qui ont duré au moins 40 minutes, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Sur Twitter, la police a fait état d'«une femme blessée par des feux d'artifice, 17 policiers blessés à des degrés divers, 9 personnes arrêtées pour troubles et une pour port d'arme».

Une revendication territoriale et une reconnaissance renforcées

Le peuple mapuche demande notamment à l'Etat la restitution de terres dans le sud du pays qu'il considère comme siennes par droit ancestral et qui ont été cédées à des particuliers, principalement des forestiers.

La revendication territoriale et la demande de reconnaissance par l'Etat chilien se sont renforcées depuis la mobilisation sociale de 2019 au Chili.

Le 5 juillet, une Indienne mapuche a été élu présidente de l'Assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution. Dix-sept sièges sur les 155 de cette Assemblée ont été réservés à des représentants des peuples originaires.

Sur le sujet: Chili: une aborigène Mapuche élue présidente de l'assemblée constituante

Les Mapuches représentent 700 000 personnes, sur les 18 millions d'habitants du Chili.