L'ancien héros de la résistance antisoviétique, le commandant Ahmad Shah Massoud, a lancé vendredi depuis son fief du Panjshir un appel vibrant à la télévision russe. Apparemment très fatigué, il a demandé aux pays de la région de s'impliquer davantage aux côtés de l'alliance anti-talibans. «Les pays frontaliers ne doivent plus se limiter à observer la situation», a lancé le maquisard. «A défaut, ils vivront le même scénario.»

Le commandant Massoud ajoute qu'à l'avenir le Pakistan, appui principal des «étudiants en religion», pourrait bien s'entremettre lui-même plus avant dans les affaires des «pays frontaliers». Depuis au moins deux ans, Massoud est approvisionné en équipements militaires et en carburant par la Russie à travers les ex-satellites soviétiques d'Asie centrale.

Les forces de Massoud, qui comptent plusieurs milliers d'hommes, sont aujourd'hui complètement cernées par les «étudiants en religion» qui lancent leurs assauts depuis la capitale afghane Kaboul, mais également depuis leurs nouveaux fiefs septentrionaux, Mazar-i-Sharif et Taloqan, conquis ces derniers jours.

Le commandant a également révélé vendredi le refuge des autres chefs de la coalition anti-talibans. Le général Dostam et Khalili (respectivement homme fort des Ouzbeks et des Hazaras) seraient aujourd'hui à Bamyan, ville du centre montagneux de l'Afghanistan. L'ex-président Burrhanuddin Rabbani et son ancien ennemi juré Gulbuddin Hekmatyar se trouveraient eux-mêmes dans la province afghane du Badakhshan, face au Tadjikistan.