«Nous devons mieux protéger les communautés contre les effets du changement climatique», a reconnu le président sud-africain Cyril Ramaphosa, à la suite des inondations des 11 et 12 avril. Il s’agit des plus dévastatrices de l’histoire du pays, tant en pertes humaines qu’en dommages matériels: 12 000 maisons endommagées ou rasées, des routes et des ponts détruits, entraînant la paralysie du port de Durban qui dessert toute l’Afrique australe…