Des combats résonnaient dans Khartoum lundi soir malgré l’entrée en vigueur officielle de la trêve d’une semaine entre l’armée et les paramilitaires censée laisser passer civils et aide humanitaire au Soudan. Depuis le 15 avril, la guerre entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo a fait un millier de morts et plus d’un million de déplacés et réfugiés.

Les combats faiblissent habituellement la nuit, mais lundi soir, après l’entrée en vigueur officielle de la trêve à 21h45 (heure suisse), des habitants de la banlieue nord-est de Khartoum ont rapporté des affrontements à l’AFP. Et dans le sud de la capitale soudanaise, des habitants ont dit avoir «entendu des frappes aériennes après l’heure prévue de la trêve».

Lire aussi: Au Soudan, un mois de guerre sans issue en vue

Pour le 37e jour consécutif, les cinq millions d’habitants de la capitale soudanaise ont passé la journée au milieu des combats, sous une chaleur écrasante, pour la plupart privés d’eau, d’électricité et de télécommunications. L’ONU a noté en fin d’après-midi «des combats et des mouvements de troupes alors que les deux camps se sont engagés à ne pas chercher à prendre l’avantage militaire avant l’entrée en vigueur de la trêve».

Une dizaine de cessez-le-feu ont déjà été violés

Pour relancer services et hôpitaux et réapprovisionner stocks humanitaires et marchés pillés ou bombardés, les médiateurs américains et saoudiens ont annoncé avoir obtenu, après deux semaines de négociations, une trêve d’une semaine.

Les deux camps ont annoncé vouloir la respecter mais à Khartoum, les habitants ont dit ne voir aucuns préparatifs. «On ne voit aucun signe que les FSR, qui occupent toujours les rues, se préparent à les quitter», rapportait en journée, Mahmoud Salaheddine, un habitant de Khartoum.

Si l’armée contrôle les airs, elle a peu d’hommes dans le centre de la capitale, tandis que les FSR, elles, occupent le terrain à Khartoum. De nombreux habitants les accusent d’avoir pillé leurs maisons ou d’y avoir installé des QG. Une dizaine de cessez-le-feu ont déjà été promis et aussitôt violés dans le pays d’Afrique de l’Est, l’un des plus pauvres du monde.

Lire aussi: Ces bénévoles qui tentent de retrouver les disparus dans la guerre du Soudan

Malgré tout, Khaled Saleh, en banlieue de Khartoum, veut y croire. «Avec un cessez-le-feu, l’eau courante pourra être rétablie et je pourrai enfin aller voir un médecin pour mon diabète et mon hypertension», raconte-t-il à l’AFP.

«Nous avons tous faim»

Othman al-Zein, commerçant au Darfour, la région de l’ouest du pays la plus meurtrie par les combats avec la capitale, espère également trouver une échappatoire. «Si la trêve tient partout au Soudan, ce dont je doute, je quitterai Nyala», au Darfour-Sud, affirme-t-il à l’AFP, «pour me mettre à l’abri et sauver mes économies».

Car, outre les balles perdues, les Soudanais redoutent les pillages. Alors que 25 millions des 45 millions de Soudanais ont besoin d’aide humanitaire, selon l’ONU, les vivres se font de plus en plus rares, les banques sont fermées et la plupart des usines agroalimentaires ont été détruites ou pillées. «Nous avons tous faim, les enfants, les vieux, tout le monde souffre de la guerre. Nous n’avons plus d’eau», raconte à l’AFP Souad al-Fateh, une habitante de Khartoum. «Il faut vraiment que les deux camps trouvent un accord.»

Apeurés et affamés, des milliers de Soudanais ou de réfugiés au Soudan quittent chaque jour le pays. Leur nombre au Tchad «augmente très vite» et avoisine les 90 000, s’est alarmée lundi l’ONU qui en comptait 76 000 trois jours auparavant. Si le conflit se poursuit, un million de Soudanais supplémentaires pourraient fuir vers les pays voisins qui redoutent une contagion de la violence.

Mise en place d'«un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu»

Les médecins ne cessent d’alerter sur le sort dramatique des hôpitaux: à Khartoum, comme au Darfour, ils sont quasiment tous hors d’usage. Ceux qui n’ont pas été bombardés n’ont plus de stocks ou sont occupés par des belligérants. Les humanitaires réclament des couloirs sécurisés et, cette fois, assurent Ryad et Washington, il y aura «un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu» regroupant des représentants des deux camps ainsi que des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite.

Devant le Conseil de sécurité à New York, le représentant du Soudan à l’ONU, loyal au général Burhane, a accusé les FSR de toutes les exactions recensées depuis le 15 avril.

Le général Daglo a renvoyé ses accusations à l’armée dans un enregistrement sonore mis en ligne. Il y appelle ses hommes à combattre «jusqu’à la victoire ou le martyre». L’émissaire de l’ONU au Soudan, Volker Perthes, avait raconté avoir été «pris par surprise» par les combats lancés alors même que les deux généraux étaient censés se retrouver pour discuter transition démocratique.

En 2021, ils avaient mené ensemble un putsch, interrompant la transition démocratique lancée après 30 années de dictature d’Omar el-Béchir. Les deux hommes se sont ensuite divisés sur la question de l’intégration des FSR dans l’armée régulière. Vendredi, le général Burhane a limogé le général Daglo au poste de numéro deux du pouvoir militaire, le remplaçant par Malik Agar. Cet ancien rebelle qui avait signé en 2020 la paix avec Khartoum a rencontré lundi à Juba le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, médiateur traditionnel des conflits au Soudan.