L'essentiel

Le nombre de nouvelles personnes atteintes en Suisse continue de décroître. De lundi à mardi il s'est élevé à 254 cas, bien loin des 1300 il y a trois semaines.

Lors d'un point de presse avec les autorités du canton de Berne, Alain Berset a parlé de «fin avril» pour de premières mesures d'assouplissement du semi-confinement.

En France, après l'annonce de l'interdiction des rassemblements jusqu'à mi-juillet, une nouvelle vague d'annulations de festivals a eu lieu.

Cette semaine: l'Autriche entame son déconfinement; jeudi, le Conseil fédéral doit présenter son plan de sortie de crise.

Retrouvez les informations de samedi, dimanche et lundi.


■ Un point sur les festivals français annulés, Cannes n'aura pas lieu «sous sa forme initiale»

En attendant des décisions concernant les poids lourds estivaux suisses, dont Montreux et Paléo, la France a connu ce jour une nouvelle vague de défections, dues à l’annonce de l’interdiction des rassemblements jusqu’à mi-juillet.

Sont notamment annulés: le Printemps de Bourges, le Hellfest, Solidays – les trois avaient anticipé leur annonce –, le Festival d’Avignon, les Eurockéennes, les Francofolies, les Nuits de Fourvière, Jazz à Vienne…

En fin de journée ce mardi, les organisateurs du Festival de Cannes, qui voulaient reporter la manifestation vers fin juin-début juillet, ont dit penser à «de nouvelles formes» pour l’édition 2020. Ils écrivent: «Il apparaît désormais difficile de penser que le Festival de Cannes puisse être organisé cette année sous sa forme initiale. Néanmoins, nous avons commencé hier soir de nombreuses consultations dans le milieu professionnel en France et à l'étranger. Elles s'accordent sur le fait que le Festival de Cannes doit continuer à étudier l'ensemble des éventualités permettant d'accompagner l'année cinéma en faisant exister les films de Cannes 2020 d'une manière ou d'une autre.»


■ Alain Berset: des assouplissements «à la fin du mois»

En visite au Inselspital de Berne ainsi qu'à une structure de soins à domicile de Köniz, le ministre fédéral de la Santé va faire son état des lieux, que relaie l'agence Keystone.

Il a notamment glissé que «les premières mesures d'assouplissement du confinement sont à attendre pour la fin du mois».


■ Les Vaudois «déçus en bien» par le week-end de Pâques, mais fâchés contre les supermarchés

Dans le canton de Vaud, 337 signalements pour des attroupements ont été notés pendant le week-end de Pâques, «nous sommes déçus en bien», indique Jacques Antenen, commandant de la police cantonale.

En conférence de presse ce mardi après-midi, le médecin cantonal vaudois Karim Boubaker évoque un «plateau, même si le risque existe d'une remontée des nouveaux cas». Il mentionne néanmoins le thème du «déconfinement, abordé dans certains pays avant nous» et renvoie à la prise de parole prévue du Conseil fédéral, ce jeudi: «Nous pourrons alors nous organiser.»

Denis Froidevaux, chef de l'état-major cantonal de conduite, parle d'une «réduction envisageable de l'engagement» en matière de sécurité.

Il tire une flèche en revanche à l'égard des commerces, notamment les grandes surfaces: «Ce week-end, nous avons observé des situations où l'on a clairement dérapé dans des commerces» à propos des règles OFSP, à la fois de distance sociale et d'hygiène des mains.

Pour bien montrer que les autorités vont serrer la vis, Denis Froidevaux annonce la création d'une task force regroupant la police cantonale du commerce et les instances communales.


■ Un membre de l'OFSP mentionne des «mesures d'assouplissement»

Les derniers chiffres sur le Covid-19 en Suisse montrent une stabilisation, a indiqué il y a peu Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP.

Plusieurs données autour du cornavirus sont à la baisse et les modélisations confirment cette tendance, bien que la prudence soit toujours de mise. «On peut songer à des mesures d'assouplissement et les préparatifs sont en cours», a-t-il déclaré.

Rappelons que le Conseil fédéral s'exprimera jeudi sur des nouvelles mesures. Alain Berset va pour sa part s'exprimer à 16h30 ce mardi.


■ A Genève, l'armée montre son utilité

L'armée, avec des responsables cantonaux à commencer par le conseiller d'Etat Mauro Poggia, a tenu conférence de presse ce matin, que résume l'ATS. Il s'agissait visiblement de montrer l'utilité de l’assistance des soldats et indiquer qu'elle durera. Le ministre de la Santé à tenu à souligner combien le soutien de l'armée permet de décharger le personnel civil de la santé.

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le divisionnaire Yvon Langel, de la Division territoriale 1, qui couvre la Suisse romande et le canton de Berne, a indiqué que l'engagement militaire fait l'objet d'une évaluation.

Nous voulons garantir un soutien dans la durée, avoir la possibilité de l'étaler dans le temps

Actuellement, aux HUG, environ 80 soldats sont mobilisés, dont des femmes. Ils ne portent pas l'uniforme et sont cantonnés dans un rôle d'aide en soins. Ils travaillent toujours sous la supervision du personnel de l'hôpital. Des petits groupes se relaient 24 heures sur 24.

Les militaires sont notamment engagés aux soins intensifs et aident le personnel infirmier à retourner les patients intubés, a expliqué, de son côté, le lieutenant Michaël Marchon, du Bataillon hôpital 2. A l'hôpital gériatrique des Trois-Chêne, ils font la toilette des patients.

Cet engagement dans des lieux où parfois le Covid-19 est présent n'est pas sans risque. Des militaires ont attrapés le virus, a admis le lieutenant-colonel Raul Barca, commandant du Bataillon hôpital 2. Ces soldats contaminés ont été placés en quarantaine et une fois guéris, ils ont pu reprendre leur mission.

Des avis con trastés: Armée: les mobilisés immobiles


■ Le FMI publie ses prévisions. Sombres

Le produit intérieur brut mondial baissera de 3% cette année. La chute sera de 6% environ aux Etats-Unis et dans la zone euro (ainsi que pour la Suisse), de 15% en Italie.

«Nous vivons la pire crise économique depuis la Grande Dépression des années 1930»

Gita Gopinath, cheffe économiste du FMI

Le Fonds monétaire international a publié ce jour ses premières prévisions au temps du virus.

Notre article: Le Covid-19 provoque la pire crise depuis la Grande Dépression


■ La Pologne va imposer les masques dans les commerces dès le 16

A l'image, un avion cargo arrivé ce mardi matin à Varsovie, venu de Chine, contenant sept millions de masques ainsi que des centaines de milliers d'outils de protection faciale.

Dès jeudi 16, la Pologne va imposer le port de masques dans les commerces.


■ Des marchés dans les villes, ou pas?

Une certaine confusion règne en matière de marchés ouverts dans les villes. Ce mardi matin, la Ville de Genève a communiqué qu'elle autorise finalement à partir de jeudi l'ouverture de «11 stands alimentaires isolés, avec 70 mètres d’écart entre eux, sur la plaine de Plainpalais, et d’un stand alimentaire à la place de la Navigation».

La semaine passée, le président des marchés genevois Willy Cretegny avait annonce une réouverture plus large, mais seulement à Plainpalais, ce qui avait mis l'exécutif local dans l'embarras, comme l'a rapporté la Tribune de Genève.

L'interprétation des dispositions fédérales demeure à géométrie variable Dans le canton de Vaud, après avoir annoncé une réouverture partielle, la municipalité de Lausanne a dû faire marche arrière au motif du dispositif cantonal, calqué sur celui de la Confédération.

Depuis le début des mesures de retranchement, les producteurs et les maraichers dénoncent une inégalité de traitement avec les grandes surfaces.

A ce propos: Les supermarchés poursuivent leurs activités au détriment des marchés


■ Le casse-tête du Tour de France

L'AFP consacre une logue dépêche au Tour de France, qui ne pourra avoir lieu aux dates prévues, du 27 juin au 19 juillet – le président français a étendu l'interdiction des manifestations jusqu'à mi-juillet (ce qui fait de nouvelles victimes dans la culture, voir au début de ce fil).

De toute manière, les coureurs, confinés, n'auraient pas pu se préparer à temps pour un Grand départ fixé moins de deux mois après leur première sortie.

Pour, Amaury Sport Organisation, société organisatrice, n'a pas pris position. En coulisses, les organisateurs ont consulté les élus locaux. Sans fixer jusqu'à présent le jour précis pour l'annonce d'une décision sur le sujet. Les hypothèses.

Un départ fin juillet? L'idée a contre elle la proximité du feu vert donné par Emmanuel Macron aux rassemblements, la difficulté de placer une course de préparation telle que le Dauphiné avant le coup d'envoi du Tour, mais aussi le problème posé par la capacité hôtelière limitée dans des endroits touristiques durant la première quinzaine d'août.

Départ mi-août, arrivée première semaine de septembre? Les complications précédentes s'éloigneraient mais les dates sont déjà celles de la Vuelta, un autre Grand Tour qui est également organisé par ASO. A ceci près que le Tour est la pierre angulaire du calendrier, de l'avis de toutes les parties prenantes du cyclisme.

Report en septembre? la situation sanitaire serait alors probablement améliorée mais ce serait oublier la portée du Tour, bien plus qu'une course cycliste. Synonyme de vacances d'été, la fête est indissociable du public au point que l'hypothèse du huis clos, une course sans public, s'est éteinte d'elle-même.

A chaque édition, le Tour attire 10 à 12 millions de spectateurs sur le bord des routes et génère le déplacement quotidien de quelque 4500 personnes.


■ 900 décès en Suisse

L'Office fédéral de la santé publique s'est livré à un bilan global en fin de matinée. Au total, neuf cents personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie de Covid-19 en Suisse. 25 834 cas positifs ont été testés. De lundi à mardi, cela fait 254 de plus en un jour, contre plus de 1300 au plus fort de la crise.

Parmi les personnes décédées, 60% sont des hommes. L’âge des personnes décédées va de 31 à 101 ans, avec un âge médian (50% au-dessus, 50% au-dessous) de 84 ans.

Sur les 868 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 96% souffraient d’au moins une maladie préexistante. Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées étaient l'hypertension artérielle (64%), les maladies cardiovasculaires (56%) et le diabète (27%).


■ La session extraordinaire du parlement coûtera 1,5 million

L'aménagement des locaux pour la session parlementaire extraordinaire exclusivement consacrée au coronavirus, prévue pour durer une semaine à partir du 4 mai, commence la semaine prochaine dans la Bern Expo. Les préparatifs en terme de logistique sont importants: mobilier, transmission vidéo, vote électronique, salles de réunions pour les groupes parlementaires, sécurisation des locaux – un volet supervisé par l'Office fédéral de la police. 

Les coûts de cette session spéciale s'annoncent élevés. Rien que la location des locaux s'élève à quelque un million de francs, ont indiqué mardi les services parlementaires lors d'une visite sur les lieux. A cela s'ajoutent les coûts d'infrastructure et d'exploitation, qui sont estimés à 500 000 francs. Le coût total pourrait avoisiner les 1,5 million de francs.

Le Conseil national prendra place dans un espace d'environ 5200 mètres carrés; les députés pourront être séparés d'au moins 5 mètres. Les 46 membres du Conseil des Etats disposent de 800 mètres carrés. 


■ Emmanuel Macron a obtenu la meilleure audience de l'histoire de la TV française

L'institut Médiamétrie parle d'un «record absolu», ce qui est un peu laconique. Paris Match précise: «Jamais aucune diffusion télévisée n'avait été aussi suivie».

L'allocution de lundi soir a été suivi par 37 millions de Français, soit une part d'audience de plus de 94%. Il faut dire que 11 chaînes diffusaient le message: TF1, France 2, France 3, Canal+, M6, C8, TMC, BFMTV, LCI, CNews et franceinfo.


■ Rouvrir les écoles? La polémique enfle

L'annonce par Emmanuel Macron, hier soir, d'une réouverture des écoles dès le 11 mai provoque une polémique qui va s'amplifiant dans le pays. Une partie des syndicats d'enseignants fulmine, arguant que l'on risque de créer de nouveaux foyers d'infection, et que les enfants pourraient ramener le virus à domicile – sans parler des risques pour les enseignants.

Dans la matinée, un représentant de l'ordre des médecins est intervenu dans le même sens.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer tente de nuancer, parlant d'un retour à l'école échelonné, et qui ne «sera pas obligatoire».


■ L'Inde prolonge un confinement qui traumatise le pays

Le premier ministre indien Narendra Modi annonce ce mardi la prolongation au moins jusqu'au 3 mai du confinement de son pays de 1,3 milliard d'habitants. L'Inde est la plus grande population au monde soumise à ce genre de mesure dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Un confinement sévère est en place au niveau national depuis le 25 mars. Les transports publics sont à l'arrêt et les frontières entre les différents États fermées. La sévérité de la mise en œuvre du confinement a laissé des milliers de camions d'approvisionnement bloqués sur les autoroutes indiennes et des employés de secteurs essentiels ne peuvent plus se rendre au travail.

Avec la perturbation des chaînes d'approvisionnement, même des secteurs cruciaux comme les commerces alimentaires font face à des difficultés pour fonctionner, rappelle l'AFP.

L'arrêt de l'activité a porté un coup terrible aux Indiens les plus pauvres, qui vivent au jour le jour et ont peu ou pas d'économies. Des millions de travailleurs journaliers se sont retrouvés soudain sans gagne-pain et ont dû rentrer à pied dans leurs villages, marchant parfois des centaines de kilomètres.


■ Le Festival d'Avignon n'aura pas lieu

Parmi les annonces faites par le président français lundi soir, l'une a eu des effet immédiats. Le Festival d'Avignon a annoncé son annulation, de même que les Eurockéennes.

Le cas des Vieilles Charrues, principale fête de l'été en France, la situation est complexe et son directeur s'en désolé ce mardi matin sur les radios françaises. Le festival doit commencer le 16 juillet, alors que les manifestations sont interdites «jusqu'à mi-juillet». Comme d'autres, les organisateurs préféreraient une annulation ordonnée par l'Etat.


■ Le bilan à ce stade

La pandémie a fait au moins 117 752 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le bilan établi par l'AFP lundi à 21h.

Plus de 1 920 610 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, avec 23 529 décès pour plus de 550 000 cas.