Le président argentin, Alberto Fernandez, a clos, jeudi 6 février, une tournée d’une semaine en Europe, destinée à trouver des soutiens dans la renégociation de la dette phénoménale de son pays. Lors de sa visite à Paris, il a confié au Monde n’avoir trouvé que des échos positifs lors de ses entretiens avec le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, la chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, Emmanuel Macron, et le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez.

Lire aussi: L’Argentine va vers la restructuration de sa dette