Ali Daei a affirmé lundi avoir été visé par des menaces après avoir soutenu le mouvement de contestation en Iran. «Ces derniers mois, j’ai reçu de nombreuses menaces me visant moi et ma famille de la part de diverses organisations, médias et personnes», a déclaré l’ancien buteur emblématique de 52 ans dans un message posté sur Instagram. «On m’a enseigné l’honneur, le patriotisme et la liberté… Que voulez-vous obtenir avec de telles menaces?», demande-t-il dans son message.

Lire aussi: Une avocate iranienne dénonce: «Il est impossible de défendre des manifestants»

Joueur de renommée internationale, Ali Daei était le meilleur buteur de l’histoire du football international masculin (109 buts en 148 sélections) jusqu’en septembre 2021, lorsque le Portugais Cristiano Ronaldo s’est emparé du titre. Il est également l’un des premiers footballeurs iraniens à avoir joué en Europe (Bayern Munich, Hertha Berlin, Arminia Bielefeld).

Son message a été posté à la veille du choc entre l’Iran et les Etats-Unis, deux équipes qui espèrent se qualifier pour les 8es de finale. Ali Daei avait participé à la victoire historique 2-1 des Iraniens face aux Américains au Mondial 1998.

Passeport brièvement confisqué

Plusieurs sportifs iraniens, ainsi que des acteurs et cinéastes, soutiennent le mouvement de contestation déclenché en Iran par la mort en détention de l’Iranienne Mahsa Amini le 16 septembre. Ils demandent aux autorités d’écouter les revendications des manifestants. Dans son message, Ali Daei réclame la «libération inconditionnelle» des personnes interpellées.

Début novembre, il a déclaré avoir décidé de ne pas se rendre au Qatar pour le Mondial même s’il y a été invité par les organisateurs, expliquant vouloir être «avec (ses) compatriotes et exprimer (son) soutien à tous ceux qui ont perdu des proches» dans la répression. En octobre, Ali Daei avait annoncé que les autorités iraniennes lui avaient brièvement confisqué son passeport à son retour d’un voyage à l’étranger.

Lire également: «En Iran, il y aura un avant et un après Mahsa Amini»