Dans un prêche à l’Université de Téhéran, le guide suprême a aussi déclaré que «l’élection a témoigné de la confiance du peuple dans le régime» islamique, grâce à une participation exceptionnelle de 85% au scrutin du 12 juin.

Le guide suprême, qui est la plus haute autorité de l’Etat, a exigé la fin des manifestations organisées quotidiennement par l’opposition depuis la proclamation des résultats, assurant qu’il «ne cédera pas à la rue».

Il a averti les partisans des trois candidats qui contestent le scrutin dans la rue contre l’«extrémisme» débouchant sur la violence, alors que sept civils sont morts lors de heurts en marge des cortèges massifs qui se sont multipliés ces derniers jours en Iran.

Il a par ailleurs rejeté la possibilité de fraudes ayant avantagé M. Ahmadinejad lors du scrutin, confirmant que «le président a été élu avec 24 millions de voix». Mais, a-t-il concédé, tout doute sur les résultats doit être examiné par des moyens légaux.

L’ayatollah Khamenei a témoigné son soutien au président réélu en affirmant que les «opinions du président sont plus proches des miennes» que celles d’Akbar Hachémi Rafsandjani, l’ancien président de la République islamique qui a soutenu le candidat modéré Mir Hossein Moussavi pendant la campagne.

Enfin, Ali Khamenei a violemment dénoncé l’attitude des pays occidentaux concernant le scrutin.