L'émir du Qatar remet ça. Dix ans presque jour pour jour après avoir créé la chaîne de télévision arabophone Al-Jazira, et révolutionné ainsi la couverture de l'actualité au Moyen-Orient, il lance ce mercredi à 13 heures un projet médiatique plus ambitieux encore: Al-Jazira International, une chaîne anglophone dont le but est de battre en brèche le monopole que les Anglo-Saxons - CNN et la BBC en tête - ont détenu ces dernières années sur l'information télévisée au niveau planétaire.

Une ambition géopolitique

L'ambition affichée de la nouvelle chaîne, qui disposera avec sa «station mère» d'une soixantaine de bureaux dans le monde, est d'assurer «un flux d'informations du Sud vers le Nord». En d'autres termes, offrir à l'humanité une «vision non occidentale» de l'actualité internationale. Selon ses responsables, elle sera animée du même esprit, «alternatif mais objectif», que sa devancière. Il faut s'attendre cependant à quelques différences. De source autorisée, les nouvelles moyen-orientales y seront non seulement un peu moins présentes, mais le vocabulaire utilisé pour les donner s'avérera plus neutre. Les morts palestiniens, par exemple, n'y seront pas qualifiés systématiquement de «martyrs». Ils deviendront simplement des «tués».

Des vedettes en rafales

Al-Jazira International entend asseoir sa crédibilité sur une équipe de première force. Parmi ses 700 employés, originaires de près de 50 pays, elle compte quelques grands noms du journalisme international, anglo-saxons pour la plupart. Parmi eux figurent l'ancien directeur de l'Associated Press Television News (APTN), Nigel Parsons, qui occupera le poste de directeur exécutif; le très réputé David Frost, le seul journaliste au monde à avoir à son palmarès l'interview des sept derniers présidents américains et des six derniers premiers ministres britanniques; ou encore l'ancien présentateur de CNN, et transfuge de la BBC, Riz Khan.

Les émissions-phares

La nouvelle chaîne émettra dans un premier temps douze heures par jour, avant de passer à son rythme de croisière de 24 heures sur 24. A partir de son siège, situé à Doha (au Qatar), et de ses trois centres régionaux, installés à Londres, à Washington et à Kuala Lumpur (en Malaisie), elle diffusera de l'information en continu ainsi qu'une large gamme d'émissions. Frost over the World recevra des leaders mondiaux; People & Power tentera d'éclairer la face obscure du pouvoir, qu'il soit politique ou économique; «Listening Post» jettera un œil critique sur les médias et la propagande qu'ils véhiculent; Witness diffusera des documentaires sur les sujets les plus variés; Inside Iraq reviendra régulièrement sur l'occupation américaine de la Mésopotamie; Everywoman abordera tous les domaines de la vie d'un point de vue féminin.

80 millions de foyers

Les principaux publics cibles d'Al-Jazira International sont les musulmans non arabes, l'Occident et l'Asie. La chaîne, qui sera diffusée par tous les moyens possibles (satellite, câble, ADSL, téléphonie mobile, Internet, etc.), a récemment estimé son audience de départ à quelque 80 millions de foyers. Un milliard d'internautes sont par ailleurs susceptibles de retrouver ses émissions sur la Toile.

Comment la capter

Et en Suisse romande? Hors le satellite et Internet, les moyens de capter Al-Jazira International se révèlent limités. L'ADSL et autres connections téléphoniques ne sont d'aucune utilité. Quant au câble, il ne donne en principe pas accès à la chaîne. Seules exceptions: les abonnés de l'opérateur Naxoo capables de la recevoir en mode numérique, ce qui représente quelque 30000 foyers, essentiellement genevois. Ces privilégiés y auront même droit automatiquement (et gratuitement) jusqu'à la fin de l'année.