Deux morts, cinq disparus, 31 blessés dont trois graves: l’explosion survenue mardi à Leverkusen en Rhénanie-du-nord-Westphalie, dans l’ouest de l’Allemagne, sur un site de traitement de déchets, a ébranlé ce fief de l’industrie chimique où la population s’est calfeutrée par crainte de vapeurs nocives.

Les opérations de secours se poursuivent pour tenter de trouver les cinq disparus. Les 31 blessés, dont trois gravement touchés, sont des salariés de l’usine. «Mes pensées vont aux blessés et à leurs familles. La recherche des personnes disparues se poursuit à toute vitesse. Malheureusement, l’espoir de les retrouver vivants s’amenuise visiblement», a déclaré Lars Friedrich, directeur du site Chempark où se situait l’usine.

Une explosion «d’origine inconnue»

L’explosion qui s’est produite vers 9h40, est «d’origine inconnue», selon Currenta qui gère le site comprenant un centre de stockage des déchets et un incinérateur. «J’ai entendu le terrible bruit de l’explosion et ai de suite fermé fenêtres et portes», a témoigné sur Twitter Elke Bitzer, qui habite près de l’usine. Le bruit de l’explosion a d’ailleurs été entendu à 40 kilomètres à la ronde, selon les médias.

L’important dégagement de fumée noire, visible à plusieurs kilomètres à la ronde, a entraîné un appel des autorités «à se rendre dans des pièces fermées, éteindre la climatisation et, par précaution, garder les fenêtres et les portes fermées». Plusieurs portions d’autoroute ont été fermées.

Et les dégâts auraient pu être plus graves: un risque d’explosion dans un deuxième réservoir qui contenait 100 000 litres de déchets toxiques hautement inflammables subsistait après l’incendie, selon le ministre de l’Intérieur régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Herbert Reul. Ce danger a pu être écarté grâce à l’intervention nombreuse, plus de 300 agents, des pompiers, a-t-il ajouté.

Un événement classé «danger extrême»

L’événement a été classé dans la catégorie «danger extrême» par l’application nationale d’alerte catastrophe Nina. Le site de stockage et l’usine d’incinération se trouvent en bordure du parc industriel Chempark regroupant des entreprises du secteur de la chimie, l’un des plus grands du genre en Europe, en périphérie de Leverkusen. Les groupes Bayer, Lanxess ou Evonik y ont notamment des usines.

Leverkusen compte un peu plus de 160 000 habitants et se situe à une vingtaine de kilomètres de Cologne. L’incendie qui a suivi l’explosion et embrasé une cuve de solvants a pu être éteint après plusieurs heures d’intervention des pompiers.

Lors d’une conférence de presse à Leverkusen, le directeur de Chempark, Lars Friedrich, a expliqué que des expertises étaient en cours pour identifier la composition du nuage de fumée. Les mesures de qualité de l’air montrent qu’il n’y avait «pas de danger» pour la population de Cologne, ont indiqué sur Twitter les pompiers de cette métropole de plus d’un million d’habitants.


Notre récent reportage, après les pluies: A Bad Münstereifel, au bord de la rivière meurtrière