Quatre mois après l’attaque contre une synagogue dans la ville de Halle et cinq jours à peine après le démantèlement d’un groupe terroriste qui planifiait des attaques contre des lieux de culte musulmans, l’Allemagne lutte de nouveau contre ses vieux démons. L’auteur de deux fusillades, mercredi 19 février, dans la petite ville de Hanau, dans la Hesse, a bel et bien agi sous le coup d’une «idéologie profondément raciste», comme l’a confirmé Peter Frank, procureur de la République, chargé de l’affaire.

Tobias R., un Allemand de 43 ans, natif de Hanau, a tout du loup solitaire radicalisé. Inconnu à ce jour des services de police, il a choisi, pour tirer dans la foule, deux bars à chicha très fréquentés par des personnes d’origine arabe et turque. Neuf personnes y ont été tuées et six autres blessées. Au petit matin, la police a découvert l’assaillant, mort, dans son appartement. A ses côtés gisait sa mère, elle aussi tuée par balle.