Syrie

Al-Qaida, le parrainage encombrant

En décembre 2012, le gouvernement américain a inscrit sur liste noire le front djihadiste Al-Nosra pour ses liens avec Al-Qaida. Ses soupçons se sont confirmés mercredi. L’opposition syrienne attribue la montée en puissance du groupe à l’attentisme des nations occidentales

En décembre 2012, le gouvernement américain a inscrit sur liste noire le Front Al-Nosra pour ses liens avec Al-Qaida. Ses soupçons se sont confirmés mercredi: Abou Mohammed al-Joulani, le chef du front, a fait allé­geance à Ayman al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaida. La veille, c’est la branche d’Al-Qaida en Irak qui avait adoubé Al-Nosra. Ce parrainage embarrasse l’opposition syrienne, qui craint que la communauté internationale s’en prévale pour rejeter ses demandes d’aide militaire.

Sur le terrain, grâce à ses succès militaires, le groupe force pourtant l’admiration de nombreux combattants. Burhan Ghalioun, membre de la coalition d’opposition syrienne, fustige l’ attentisme des nations occidentales : «En refusant de soutenir l’Armée syrienne libre (ASL), elles ont propulsé le Front Al-Nosra, qui bénéficie des fonds de donateurs qataris et saoudiens. Faute de moyens financiers et militaires, l’ASL est restée faible, alors qu’Al-Nosra gagnait en puissance et en popularité.»

Publicité