Des affrontements entre une faction dissidente de la guérilla des FARC et un autre groupe armé ont fait, samedi, dix-huit morts dans le sud-ouest de la Colombie, près de la frontière avec l'Equateur, a annoncé dimanche l'Ombudsman colombien.

La confrontation a opposé les autoproclamés «Comandos de la Frontera» et le premier front «Carolina Ramírez» des dissidents des FARC, selon un bulletin publié par l'organisme public de surveillance des droits humains, sans préciser s'il s'agit de victimes civiles ou militaires. Les affrontements ont éclaté dans une zone rurale de la municipalité de Puerto Guzmán, à quelque 60 kilomètres de la frontière équatorienne.

Lire aussi: «On ne veut plus de guerre»: en Colombie, une investiture comme une promesse

L'Ombudsman a demandé «la présence des forces de sécurité et du ministère public dans la zone».

Une phase préliminaire à des pourparlers de paix initiée

Le front «Carolina Ramirez» appartient à la plus grande faction qui s'est retirée du pacte de paix ayant désarmé les FARC en 2017, selon la presse locale.

L'organisation a eu des contacts avec des représentants du président Gustavo Petro dans le cadre d'une phase préliminaire à des pourparlers de paix et avait annoncé qu'elle réduirait les attaques contre les forces de sécurité afin de parvenir à un cessez-le-feu bilatéral en Colombie.

Lire encore: Le Venezuela accepte d'être le garant d'un futur dialogue entre la Colombie et la guérilla de l'ELN

Les «Comandos de la Frontera» sont un groupe armé qui contrôle les routes du trafic de drogue dans la jungle à la frontière avec l'Equateur.

Les dissidents des FARC font partie d'un amalgame de groupes armés avec qui le gouvernement du président Petro entend renouer le dialogue pour parvenir à son objectif de «paix total» dans tout le pays. Au total, ces groupes armés comptent environ 5 200 membres répartis dans les différentes régions du pays sans commandement unique, selon le centre d'études Indepaz.