Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Bundestag lors de l’adoption de la résolution condamnant le génocide arménien, le 2 juin 2016.
© Anadolu Agency

Allemagne

Ankara cible le «sang corrompu» d’élus allemands

Depuis l’adoption début juin par le Bundestag d’une résolution condamnant le génocide arménien, Ankara multiplie les attaques verbales contre l’Allemagne et ses députés issus de l’immigration turque

La brouille est montée d’un cran jeudi entre l’Allemagne et la Turquie. Les députés du Bundestag ont consacré une heure de débats aux relations germano-turques, empoisonnées par l’adoption début juin d’une résolution condamnant le génocide arménien. Ankara tire depuis à boulets rouges sur le Bundestag, notamment sur les 11 députés d’origine turque que compte l’assemblée.

Le président Erdogan estimait le week-end passé qu’il fallait «analyser dans un laboratoire le sang de ces députés», insinuant qu’ils n’étaient pas turcs mais kurdes, puisqu’ils soutenaient le terrorisme. Mercredi, le quotidien populaire Günes, 100 000 exemplaires, rendait l’Allemagne responsable du dernier attentat qui a fait au moins 11 morts à Istanbul mardi. «Travail allemand», titrait le quotidien en Une. «L’Allemagne n’a pas supporté les réactions turques à l’adoption de la résolution sur l’Arménie. Paniquée, l’Allemagne est retournée à ses vieux démons et a commandité un attentat aux organisations terroristes qu’elle utilise comme des marionnettes.»

Mercredi soir, Recep Tayyip Erdogan s’en prenait de nouveau aux 11 députés du Bundestag «au sang corrompu», évoquant la «nécessité de leur donner la leçon qu’ils méritent pour avoir accusé leur propre pays de génocide». Une partie de ces élus ont vu leur protection renforcée après avoir reçu des menaces de mort. Particulièrement visé, Cem Özdemir, le président des Verts, est aussi l’auteur de la résolution sur le génocide arménien. «Si on met de côté les menaces de mort ainsi que les insultes, nous autres parlementaires allemands ne sommes pas incarcérés et on ne lève pas notre immunité pour avoir exprimé ce que nous pensons, comme c’est le cas avec nos confrères turcs», souligne l’élu, inquiet des dérives totalitaires en Turquie.

L’adoption de la résolution, qui était prévue pour les 100 ans du génocide en 2015, avait été reportée à plusieurs reprises pour ménager la Turquie. Le vote début juin, alors que l’Allemagne a plus que jamais besoin de la Turquie pour résoudre la crise des réfugiés, tombait au mauvais moment. «Mais ça n’aurait de toute façon jamais été le bon moment», fait remarquer un proche du gouvernement.

Les dernières attaques d’Ankara contre des élus allemands étaient pour le Bundestag la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «Qu’un président démocratiquement élu puisse, au XXIe siècle, associer ses critiques à l’encontre de députés du Bundestag démocratiquement élus avec des doutes sur leurs origines turques, décrive leur sang comme corrompu, je n’aurais pas cru ça possible», a déclaré jeudi dans l’hémicycle le président de la Chambre basse du parlement Norbert Lammert (CDU).

Les caméras de télévision se sont tournées alors vers Angela Merkel et son ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière, au moment où contrairement à leur habitude de retenue, tous deux ont longuement applaudi le discours du président du Bundestag. La chancelière – la «marionnette d’Erdogan» pour une partie de la presse allemande – a dans un premier temps jugé «incompréhensibles» les propos de l’homme fort du Bosphore, ce qui a provoqué l’incrédulité de l’opinion allemande.

Le président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz, a adressé hier au président turc une lettre soulignant que ses attaques pouvaient «endommager durablement les relations» de la Turquie avec l’Union européenne.

«Pour la Turquie, il en va visiblement avec la résolution sur le génocide arménien de la fierté nationale, constate Bodo Ramelow, ministre président du Land de Thuringe, et membre du parti néocommuniste Die Linke. Nous sommes au contraire d’avis que reconnaître ses erreurs passées est un pas vers la réconciliation.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a