Ne pas accroître la dépendance de l’Union européenne vis-à-vis du partenaire turc, ni faire passer les intérêts de toute sorte avant les droits humains. Charles Michel, le président du Conseil européen, avait un certain nombre d’écueils à éviter en rencontrant mardi Recep Tayyip Erdogan en compagnie de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Mais une chaise en a décidé autrement, réussissant à ternir l’image de l’UE et à sabrer les efforts du Belge pour se façonner une casquette de dirigeant mondial.

En cause? Le protocole choisi par la Turquie pour accueillir devant les caméras ces deux responsables. Un protocole qui a assis Charles Michel aux côtés du président turc sur deux fauteuils distincts quand Mme Von der Leyen était invitée à prendre place sur un canapé en face du ministre des Affaires étrangères turc. Si Ursula von der Leyen a exprimé sa surprise, elle n’a obtenu comme réponse que le silence de Charles Michel, déjà installé.