Deux chiffres résument la perplexité des Français à propos des vaccins, que le gouvernement veut inoculer à un million de personnes dès le mois de janvier 2021. Le premier dit l’inquiétude généralisée, alors que plusieurs médecins en pointe contre la pandémie mettent en garde contre «un excès de précipitation». Entre 40 et 65% des personnes interrogées, selon les sondages réalisés depuis le 20 novembre, disent ne pas avoir l’intention de se faire vacciner. L’autre chiffre est encore plus préoccupant: entre 20 et 30% affirment déjà qu’ils les refuseront. Un obstacle clair au plan dévoilé par le premier ministre Jean Castex: 14 millions de vaccinations entre février et avril. «Il y a des craintes sur la nocivité des vaccins, mais aussi des segments de la population perméables à la théorie du complot, confirme Frédéric Dabi, de l’institut de sondage IFOP. La France s’interroge d’autant plus que la gestion passée de la crise sanitaire reste contestée.»