Un tank russe détruit a été placé en travers de la chaussée à l’entrée de Vilkhivka, à une quinzaine de kilomètres à l’est de Kharkiv. Des grandes lettres blanches ont été tracées à la va-vite sur le blindage carbonisé en guise de message de bienvenue. On y lit «Azov était ici», du nom du bataillon nationaliste qui se bat aussi dans l’usine Azovstal à Marioupol, car ce sont les combattants d’Azov qui ont libéré le village.