Le lancement «irresponsable» par la Corée du Nord d'un nouveau missile balistique intercontinental, qui semble être son tout dernier ICBM, a été dénoncé par les pays du G7, dimanche. Ils demandent «une réponse unie et robuste de la part de la communauté internationale» et exhortent le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) à prendre de nouvelles mesures «significatives» pour mettre fin aux essais nord-coréens.

Les ministres des Affaires étrangères du Groupe des Sept (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Grande-Bretagne et Etats-Unis) ont déclaré que les tirs répétés de missiles par la Corée du Nord «déstabilisent davantage la région, malgré les appels de la communauté internationale à la paix et à la stabilité». Un représentant de l'Union européenne s'est joint à la déclaration.

Depuis début novembre, la Corée du Nord a testé un nombre record de missiles, dont un missile balistique vendredi qui est tombé dans la zone économique exclusive du Japon, à l'ouest d'Hokkaido. L'agence d'Etat nord-coréenne KCNA a affirmé qu'il s'agissait d'un missile balistique intercontinental (ICBM) de type Hwasong-17, surnommé «missile monstre» par les experts militaires.

Lire aussi: Missile nord-coréen: Kamala Harris convoque une réunion d’urgence avec cinq pays

La déclaration du G7 a réitéré les exigences selon lesquelles le programme nucléaire de la Corée du Nord doit être démantelé de manière vérifiable, ajoutant que la nation recluse «n'aura jamais le statut d'Etat nucléaire».

Guterres qualifié de «marionnette des Etats-Unis» par Pyongyang

Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui a adopté près d'une douzaine de résolutions imposant des sanctions à la Corée du Nord depuis 2006, doit se réunir une nouvelle fois sur le sujet lundi.

Lire également: Promettant une riposte «féroce», la Corée du Nord tire un nouveau missile

A quelques heures de cette réunion, la Corée du Nord a traité de «marionnette des Etats-Unis» le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour avoir condamné le tir de missile. «J'exprime mon profond regret du fait qu'(il) observe une attitude vraiment déplorable, oublieuse de l'objectif et des principes de la Charte des Nations unies et de sa mission même qui est de maintenir l'impartialité, l'objectivité et l'équité sur tous les sujets», a déclaré la ministre des Affaires étrangères nord-coréenne Choe Son Hui, dans un communiqué cité dimanche soir par l'agence officielle KCNA.

Vendredi, Antonio Guterres avait appelé la Corée du Nord à «renoncer immédiatement à tout nouvel acte provocateur» et à «respecter complètement ses obligations internationales découlant des résolutions du Conseil de sécurité» après le tir, le même jour, d'un ICBM qui est tombé au large du Japon.

Choe Son Hui s'est plaint du fait que le chef de l'ONU ait qualifié de «provocations» les essais de missiles par la Corée du Nord, et non les manoeuvres militaires conjointes que mènent régulièrement dans la région les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon et qui, selon elle, «ont conduit à la situation actuelle de confrontation sur la péninsule» coréenne.