La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir lancé jeudi une opération militaire au Yémen contre les Houthis, un raid qui fait suite aux attaques de drones sur des installations pétrolières saoudiennes samedi.

Quatre sites ont été détruits à Hodeida. Ils étaient utilisés par les rebelles pour assembler des bateaux télécommandés et des mines marines, selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. La coalition considérait ces sites comme des menaces à la sécurité maritime dans le stratégique détroit de Bab al-Mandeb et le sud de la mer Rouge.

Lire aussi: Les Emirats désertent le bourbier yéménite

Peu avant l'annonce de cette opération militaire, la coalition avait affirmé avoir déjoué une attaque au bateau piégé, sans équipage. «La force navale de la coalition a détecté une tentative de la milice terroriste des Houthis liée à l'Iran de commettre un acte hostile et terroriste imminent dans le sud de la mer Rouge en utilisant un bateau piégé télécommandé», avait indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par SPA. Le bateau a été lancé «du gouvernorat de Hodeida», dans l'ouest du Yémen, a-t-elle ajouté, sans savoir ce qu'il visait. Il a été détruit.

Escalade des tensions régionales

Ces nouveaux développements surviennent alors que les tensions régionales avec l'Iran croissent à la suite de deux attaques simultanées la semaine dernière contre d'importantes installations pétrolières saoudiennes, qui ont réduit de moitié la production du royaume et provoqué la chute libre des cours de l'énergie. Les Houthis ont revendiqué ces attaques, mais Washington et Riyad en ont rendu responsable l'Iran, qui a nié.

Lire aussi: L'Arabie saoudite découvre la vulnérabilité de ses installations pétrolières

La coalition est intervenue pour soutenir le gouvernement yéménite en 2015, lorsque le président Abedrabbo Mansour Hadi s'est enfui en exil en Arabie saoudite alors que les rebelles s'approchaient de son dernier réduit, Aden, la deuxième ville du Yémen.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts, des civils pour la plupart, et plongé ce pays, le plus pauvre de la péninsule Arabique, dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.