Nous sommes en juin 2006. Le djihadiste Abou Moussab al-Zarqaoui est tué au terme d’une longue traque menée notamment par les forces spéciales américaines. Le monde peut respirer: responsable d’Al-Qaida en Irak, Al-Zarqaoui a mené des centaines d’attaques suicides et contribué à transformer en enfer l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis. Mais le répit sera de courte durée. C’est sur le cadavre du djihadiste que se créera l’organisation Etat islamique, après qu’Abou Bakr al-Baghdadi eut pris le relais.

Lire aussi: «Il est mort comme un chien»