A la suite de la normalisation des relations entre les deux pays, le Maroc va rouvrir, mardi, ses liaisons maritimes pour les passagers avec l’Espagne, a indiqué lundi soir le ministère des Transports. «Les compagnies maritimes vont reprendre progressivement leurs services passagers entre les ports marocains de Tanger Med et de Tanger-Ville et les ports espagnols d’Algesiras et de Tarifa», a précisé le ministère dans un communiqué.

Lire aussi: Après une longue crise, l'Espagne et le Maroc scellent un «nouveau partenariat»

Situé sur le littoral nord du Maroc, sur le détroit de Gibraltar, à 14 km seulement des côtes espagnoles, Tanger est l’un des plus grands ports de Méditerranée, avec Marseille et Algesiras. A 40 km à l’est de la ville, a été construit le complexe industrialo-portuaire de Tanger Med, opérationnel depuis 2007 et dont les terminaux ont traité plus de sept millions de conteneurs en 2021.

Si la reprise du trafic régulier des passagers et des autocars est programmée mardi, les automobilistes devront patienter, eux, jusqu’au 18 avril.

Une réconciliation après un revirement sur la question du Sahara occcidental

Brouillé diplomatiquement avec l’Espagne, le Maroc avait maintenu jusqu’à présent l’interdiction du trafic maritime de passagers avec l’Espagne – un mode de transport prisé par les Marocains résidant en Europe – après la réouverture de ses frontières maritimes fermées par la pandémie de Covid-19. Mais Madrid a mis fin à près d’un an de crise le 18 mars dernier après avoir opéré un revirement sur la question du Sahara occcidental et reconnu le plan d’autonomie marocain pour ce territoire disputé.

A ce sujet: Madrid et Rabat mettent fin à leur brouille diplomatique sur le Sahara occidental

La réconciliation entre l’Espagne et le Maroc a été scellée jeudi avec la visite à Rabat du premier ministre espagnol Pedro Sanchez, quand les deux pays voisins ont décidé d'«inaugurer une étape inédite» de leur partenariat. «Nous allons procéder à la réouverture progressive des passages frontaliers, pour garantir un flux ordonné des personnes […] et les marchandises circuleront également normalement», avait alors promis le dirigeant espagnol.

Le conflit du Sahara occidental – vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses – oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l’Algérie. Tandis que Rabat prône un statut d’autonomie sous souveraineté marocaine, le Polisario réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU.