Alors qu'expirait jeudi vers 19 heures suisses l'ultimatum lancé par les ravisseurs d'un jeune routard japonais, une Polonaise a été enlevée jeudi en Irak, a confirmé le Ministère irakien de l'intérieur après la diffusion par Al-Jazira d'une vidéo annonçant le rapt. Le ministre polonais de la Défense, Jerzy Szmajdzinski, a aussitôt rejeté les exigences des ravisseurs, qui réclament le retrait des 2500 soldats polonais d'Irak. La Polonaise est mariée à un Irakien et vit en Irak depuis une trentaine d'années.

De son côté, le Japon attendait, sans illusions, des nouvelles de Shosei Koda, un routard de 24 ans que le groupe d'Abou Moussab al-Zarkaoui menace de tuer jeudi si Tokyo ne retire pas ses quelque 600 soldats déployés à Samawa (sud-est) pour une mission non combattante. Le premier ministre japonais, Junichiro Koizumi, a exclu de rappeler le contingent nippon, mais il a dépêché à Amman son vice-ministre des Affaires étrangères pour tenter de sauver l'otage.

L'armée américaine a intensifié récemment sa traque du réseau de l'islamiste Zarkaoui, bombardant presque quotidiennement ses repaires présumés à Falloujah. Un nouveau raid aérien sur «un point de rencontre de terroristes» a fait trois morts jeudi. Les Etats-Unis ont mis à prix la tête de Zarkaoui pour 25 millions de dollars. Son réseau, qui a prêté allégeance à Oussama ben Laden, a revendiqué de nombreuses actions sanglantes dans le pays, dont le massacre samedi de 43 recrues de la nouvelle armée irakienne.

L'émoi suscité par ce massacre n'était pas encore retombé qu'un autre groupe lié à Al-Qaida, l'Armée d'Ansar Al-Sunna, a annoncé avoir tué 11 membres de la Garde nationale, auxiliaire de l'armée irakienne. «L'un des onze apostats […] a été égorgé et les dix autres ont été liquidés par balles», affirme le groupe dans un communiqué publié sur son site internet, photos à l'appui.

Autres victimes possibles de la guérilla, une journaliste travaillant pour une télévision privée irakienne et un interprète ont été tués par des tirs d'inconnus mercredi à Bagdad. Deux soldats américains ont par ailleurs été tués, l'un dans le sud de Bagdad, l'autre dans le nord de la capitale.