Le cardinal George Pell, qui fut naguère l'un des plus puissants du Vatican, est sorti de prison après avoir gagné mardi devant la Haute Cour d'Australie une longue bataille judiciaire. L'enjeu était de faire annuler ses condamnations pour abus sexuels sur mineurs.

L'Australien de 78 ans a été acquitté des cinq chefs d'accusation de violences sexuelles sur deux enfants de choeur de 13 ans dans les années 1990, au bénéfice du doute. Cette décision de la plus haute juridiction australienne est une grande victoire pour le cardinal Pell, qui avait fermement clamé son innocence.

Lire aussi: La condamnation du cardinal Pell repose sur des «invraisemblances», selon la défense

Le Vatican s'est félicité du verdict, qui le blanchit «de toutes les accusations», dans un communiqué. Plus tôt dans la matinée, le pape François avait appelé à prier pour ceux «qui souffrent pour un jugement injuste», sans nommer le cardinal.

Le cardinal George Pell a réagi en affirmant que cette décision avait réparé «une grave injustice». «Je ne veux pas que mon acquittement ajoute à la douleur et à l'amertume que beaucoup ressentent ; il y a certainement assez de douleur et d'amertume», a ajouté le prélat dans une déclaration publiée avant sa libération imminente de prison.

«Cependant, mon procès n'était pas un référendum sur l'Eglise catholique ni un référendum sur la façon dont les autorités de l'Eglise en Australie ont traité le crime de pédophilie dans l'Eglise. La question était de savoir si j'avais commis ces crimes horribles, et ce n'est pas le cas», a-t-il encore dit.

Condamné à six ans de prison en appel 

Ancien secrétaire à l'Economie du Saint-Siège, le cardinal Pell avait été condamné en mars 2019 à six ans de prison pour des violences sexuelles commises sur ces deux adolescents en 1996 et 1997 dans la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne (sud-est), dont il était l'archevêque.

En décembre 2018, un jury avait condamné George Pell pour ces infractions avant que la décision ne soit confirmée par un panel de trois juges de la cour d'appel de l'Etat de Victoria (sud-est) en août dernier, dans un arrêt partagé 2-1.

«Un doute raisonnable quant à la culpabilité» du cardinal établi

Mardi, la Haute Cour d'Australie à Brisbane a estimé qu'il y avait «une possibilité importante qu'une personne innocente ait été condamnée parce que les preuves n'ont pas établi sa culpabilité selon le niveau de preuve requis».

Les sept magistrats de la Haut Cour ont ainsi estimé à l'unanimité que la juridiction inférieure avait «omis de se pencher sur la question de savoir s'il restait une possibilité raisonnable que l'infraction n'ait pas été commise, de sorte qu'il aurait dû y avoir un doute raisonnable quant à la culpabilité du demandeur».

Les avocats du prélat avaient fait valoir au cours du procès des «invraisemblances graves» dans cette affaire. Ils avaient notamment insisté sur le fait que le cardinal n'aurait pas eu le temps ou l'occasion de commettre des violences sexuelles sur les garçons dans la sacristie des prêtres après la messe.

Lire aussi: La Haute cour d'Australie déclare recevable le recours du cardinal Pell

Une décision «dévastatrice» pour les victimes

Pour sa part, Cathy Kezelman, présidente de l'organisation de soutien aux victimes Blue Knot Foundation, a estimé que la décision de la Haute Cour d'Australie sera «dévastatrice» pour de nombreuses victimes.

«La pandémie d'abus sexuels sur des enfants au sein de l'Eglise catholique a menacé la sécurité de millions d'enfants, les adultes qu'ils deviennent et la fibre morale même de ce que signifie être humain», a-t-elle déclaré, en soulignant qu'elle respectait la décision de la haute juridiction australienne. «Pell a maintenant sa liberté, mais de nombreuses victimes d'abus n'ont jamais été libres, piégées dans l'horreur des crimes qui ont décimé leur vie», a ajouté Cathy Kezelman.

Le cardinal Pell devrait sortir mardi de la prison de l'Etat de Victoria où il a passé un an derrière les barreaux. L'ancien trésorier du Vatican reste dans la prêtrise, mais son futur rôle dans l'Eglise catholique reste incertain. Au cours de son procès, il a été discrètement écarté des plus hautes instances de l'Eglise. Le Vatican a en revanche résisté à l'ouverture d'une enquête interne.