Un des experts de l'OMS, en mission à Wuhan (Chine) pour enquêter sur les origines du Covid-19 en Chine, a mis en doute mercredi la fiabilité des renseignements américains sur la pandémie.«Ne vous fiez pas trop aux renseignements américains», a tweeté Peter Daszak, en référence à des déclarations du porte-parole du département d'Etat qui a semblé prendre ses distances avec les premières conclusions des experts de l'OMS.

A Wuhan, rien de nouveau: l’enquête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a semble-t-il pas permis d’en savoir plus sur l’origine du virus, ni sur les zones d’ombre de la version officielle chinoise. Après douze jours sur place, les chercheurs ont présenté la thèse d’une transmission par un animal hôte intermédiaire comme la plus probable, même si celui-ci reste à découvrir. Ils ont par ailleurs qualifié la thèse d’un accident de laboratoire d'«extrêmement improbable», mais ouvert la porte à la question de la transmission du virus par la chaîne du froid, une hypothèse privilégiée par la Chine, qui y voit la possibilité d’une importation du virus de l’étranger.

Débuts difficiles

L’enquête de l’OMS n’avait pas commencé sous les meilleurs auspices. Le 5 janvier dernier, malgré des mois de négociation, la Chine avait en effet refusé des visas aux membres de l’équipe, dont certains étaient déjà en route, provoquant une rare critique du directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui s’était dit «très déçu».