france

«Aquitanie», «Occitanie»: cherche nom de régions

Contesté, le nouveau découpage régional accouche d’un autre casse-tête: les nouveaux noms des futures entités

«Aquitanie», «Occitanie»: cherche noms de régions

L’histoire

Vous aimiez l’Alsace et la Lorraine? Vous risquez de ne pas trop apprécier «l’Alca», ou le «Grand-Est». Après le vote définitif, mercredi, de la loi initiatrice du nouveau découpage administratif de l’Hexagone en 13 régions, un grand quiz s’apprête à secouer l’establishment politique français. Comment rebaptiser, par exemple, le futur ensemble regroupant l’Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes? Aquitanie? Et quel nom trouver pour Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées? Les partisans de «l’Occitanie» sont déjà mobilisés. Le nom «Aura» aurait aussi été évoqué pour le nouvel ensemble Auvergne-Rhône-Alpes, suggéré par l’actuel président de Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne.

Pour un pays aussi amateur de mots que la France, le futur dédale des noms de régions s’annonce aussi comme un défi pour l’Académie française. L’un de ses membres éminents, Jean d’Ormesson, aurait déjà été contacté par l’Elysée pour participer à une éventuelle commission, autre spécialité si française. Mais derrière le vocabulaire, les rapports de force seront évidemment à l’œuvre. Le Journal du Centre , quotidien départemental, s’est fait rabrouer pour avoir proposé, dès cette semaine, de soumettre à référendum l’appellation «Franche-Bourgogne», pour la grande région amenée à regrouper la Franche-Comté et la Bourgogne. Et au Parlement européen, dont le siège se trouve à Strasbourg – assurée de rester le siège de la nouvelle région – une proposition a fusé, par peur de voir les partisans d’un regroupement à Bruxelles, profiter de l’aubaine pour relancer le débat: «Pourquoi pas «Cœur d’Europe»? lance l’ancienne ministre Catherine Trautmann. Nulle autre région n’incarne à ce point l’intégration communautaire.»

L’on imagine déjà l’ébullition politique que peut susciter ce grand chambardement. Une effusion de «référendums locaux», que François Hollande a promis de soutenir? Une grande consultation publique? Des jeux télévisés et radiophoniques à gogo pour trouver le bon vocable? L’on sait déjà, en revanche, qui n’aura pas besoin de cogiter. Les Bretons gardent intacte la Bretagne. PACA, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, reste identique. Quant aux Corses, arguant du fait que leur île n’est pas statutairement une région comme les autres, ils n’auront même pas besoin de faire exploser de nouvelles villas en guise de protestations…

Publicité