Aller au contenu principal
Personnes en soin dans la Ghouta orientale après une attaque présumé à l'arme chimique en février 2018.
© MOHAMMED BADRA / EPA

Désarmement

«Les armes chimiques ne sont pas un vestige de l'Histoire»

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux menacent de frapper le régime syrien de Bachar el-Assad, coupable présumé d’une nouvelle attaque chimique. Une arme de terreur que Moscou, l’allié de Damas, est aussi soupçonné d’avoir utilisée contre l’ancien espion Sergueï Skripal

Des hommes, des femmes et des enfants figés dans la mort, de la mousse blanche caractéristique sortant de leur bouche. Sur les photos transmises par les activistes syriens, les victimes semblent avoir été asphyxiées dans un sous-sol où ils croyaient avoir trouvé refuge contre les bombes de l’armée syrienne, dans un escalier ou dans les rues dévastées de la Goutha, quand elles ont eu le temps de sortir avant de succomber au gaz chimique. Du chlore? Combiné avec du gaz sarin? Aucune certitude. Des dizaines d’habitants – le bilan est incertain – ont péri samedi soir à Douma, dernière agglomération aux mains des rebelles aux portes de Damas, avant de capituler et d’accepter leur évacuation dans le nord du pays.

L’utilisation de poison, et son caractère traître, est aussi vieille que la guerre. Mais l’usage industriel des armes chimiques remonte à la guerre des tranchées en 14-18. On croyait ces meurtres de masse appartenant au passé. Pourtant, les photos des victimes syriennes s’étalent une nouvelle fois dans les médias, suscitant l’indignation et renforçant chaque heure davantage l’hypothèse de frappes occidentales punitives contre l’auteur présumé de ce crime. Le suspect numéro un n’est autre que Bachar el-Assad, tant son armée est coutumière de l’utilisation d’agents chimiques depuis le début de la guerre syrienne en 2011.

De la Ghouta à Salisbury

Pour l’instant, les circonstances du bombardement chimique de Douma restent troubles: l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), la discrète organisation qui avait obtenu le Prix Nobel de la paix en 2013 pour avoir, croyait-on, démantelé l’arsenal chimique syrien, a annoncé mardi qu’elle enverrait une mission d’enquête dans la Ghouta.

Cette mission est aussi réclamée par Damas et Moscou, qui dénoncent une machination des rebelles vaincus. On ne peut pas tirer de conclusions définitives à partir de photos, mettait en garde lundi, à Genève, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). «Seuls des prélèvements et leur analyse en laboratoire peuvent confirmer une contamination chimique», explique Johnny Nehme, spécialiste des armes nucléaires, bactériologiques et chimiques, dans une interview transmise par l’organisation humanitaire.

«Première attaque chimique sur sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale»

L’épilogue chimique de la bataille de la Ghouta intervient quelques semaines après l’attaque mystérieuse contre l’ancien espion russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni. Le 4 mars 2018, l’ex-agent et sa fille étaient empoisonnés, probablement à leur domicile. La crainte de contamination avait mis la petite ville de Salisbury en état de siège. Il s’agissait de la «première attaque chimique sur sol européen» depuis la Seconde Guerre mondiale, a dramatisé le gouvernement britannique.

Lire aussi: Contre les gaz de guerre, antidotes et cristaux de l’espace

Selon Downing Street, la substance employée – le Novitchok, un agent innervant extrêmement puissant – porte la signature de la Russie. Ce poison, encore jamais utilisé, a été développé dans les laboratoires de l’Union soviétique, selon le témoignage d’anciens scientifiques qui y ont travaillé. Le président, Vladimir Poutine, nie farouchement toute implication russe, son pays ayant officiellement détruit son arsenal chimique.

L’ombre des armes de destruction massive

Assiste-t-on au retour des armes chimiques dans les affrontements entre Etats, sur fond de tensions internationales de plus en plus vives, notamment en Syrie, où les grandes puissances se livrent bataille par alliés interposés? Cette question explosive déchire la communauté internationale, tant la possession et l’utilisation d’armes chimiques est un casus belli. Le prétexte de «guerres justes» a souvent masqué des motifs bien moins avouables.

On se souvient encore des armes de destruction massive de Saddam Hussein, l’argument massue brandi par l’administration de George W. Bush pour envahir l’Irak en 2013. En réalité, les programmes nucléaire, chimique et bactériologique du dictateur irakien avaient été démantelés par les inspections internationales consécutives à la défaite du régime baasiste, après son invasion du Koweït en 1991.

Nous avons cru trop vite que ces armes étaient un vestige de l’Histoire. Mais leur utilisation répétée en Syrie ne doit pas faire oublier l’énorme désarmement qui a eu lieu dans ce domaine

Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique à Paris

Lundi, à New York, au Conseil de sécurité de l’ONU, dans la même enceinte où le secrétaire d’Etat Colin Powell de George W. Bush avait prononcé son réquisitoire mensonger contre Saddam Hussein en 2003, Nikki Haley, l’ambassadrice de Donald Trump auprès des Nations unies, a mené la charge contre Bachar el-Assad et son allié russe. Pour Washington, la culpabilité du régime syrien ne fait aucun doute. Tout comme la complicité au moins passive de Vladimir Poutine, qui dispose de soldats et conseillers militaires sur tous les fronts syriens, est avérée. Et l’enjeu dépasse de loin la Syrie.

«Le diable des armes chimiques»

«Nous sommes au bord d’un dangereux précipice. Le diable de l’utilisation des armes chimiques, qui avait unifié le monde, est en passe de devenir la nouvelle normalité», a martelé Nikki Haley. «Nous avons cru trop vite que ces armes étaient un vestige de l’Histoire, reconnaît Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique à Paris. Mais leur utilisation répétée en Syrie ne doit pas faire oublier l’énorme désarmement qui a eu lieu dans ce domaine.» En effet, toutes les grandes puissances ont démantelé leurs arsenaux. La Russie aussi? «Elle a peut-être gardé des stocks, mais ces programmes sont résiduels, comme la queue d’une comète», répond Olivier Lepick.

Pourquoi les services secrets russes auraient-ils tenté d’éliminer avec une substance associée à Moscou, juste avant la réélection de Vladimir Poutine? De même, quel intérêt pour Bachar el-Assad de gazer la Goutha, alors que sa victoire était déjà assurée? «Dans les deux cas, l’arme chimique est une arme de terreur. Il est évident depuis la Première Guerre mondiale qu’elle ne procure aucun avantage militaire. Le but est de délivrer un message, rétorque Olivier Lepick. Tous les Syriens qui résistent à Bachar el-Assad risquent l’extermination et les espions qui trahiraient Vladimir Poutine s’exposent à une agonie atroce.»

La décennie chimique

Incomplet, le désarmement chimique est pourtant à mettre au crédit de l’OIAC, qui supervise depuis 1997 la destruction des stocks prévue par une convention internationale datant de 1993. Un traité négocié après les années 1980, qui avait vu l’arme chimique revenir en force dans la guerre Iran-Irak, contre les Kurdes, des massacres commandités par Saddam Hussein, ou au Tchad, utilisée par le colonel libyen Mouammar Kadhafi.

A ce jour, le traité d’interdiction des armes chimiques a été ratifié presque universellement, preuve de l’horreur qu’elles inspirent, avec quelques exceptions: l’Egypte, le Soudan du Sud, Israël, qui est toutefois signataire, et la Corée du Nord. Quant à la Syrie, elle a rejoint le camp des abolitionnistes en 2013, sous la menace d’une intervention militaire occidentale après une attaque massive au gaz sarin déjà dans la Ghouta, attribuée à l’armée de Bachar el-Assad.

Stocks secrets

Le président américain Barack Obama, qui avait pourtant fait de l’utilisation de gaz de combat une «ligne rouge» à ne pas franchir, avait alors renoncé à la dernière minute à frapper Damas. En échange, Washington et Moscou avaient parrainé le désarmement chimique du régime syrien.

Ce dernier a manifestement gardé secrètement une partie de ses stocks. Car, depuis 2013, l’OIAC a documenté à plusieurs reprises l’utilisation de gaz sarin, une arme dont la manipulation suppose un savoir-faire sophistiqué propre à des laboratoires d’Etat, tout comme le Novitchok. «Le seul groupe non étatique à avoir réussi à utiliser du sarin était la secte Aum dans le métro de Tokyo en 1995», rappelle Olivier Lepick.

Le dernier bombardement au sarin confirmé par les experts de l’OIAC date d’avril 2017 à Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie. En représailles, Donald Trump avait alors frappé la base syrienne d’où auraient décollé les avions de la mort. Cela n’a rien changé.


Typologie des agents chimiques tueurs

Les armes chimiques létales peuvent être classées en quatre catégories. En Syrie, ces agents chimiques ont probablement été utilisés sous forme de cocktail

Les neurotoxiques

Ces agents, parmi lesquels le sarin, le tabun, le VX ou le désormais célèbre Novichok, sont de la même famille que les pesticides. Ils sont diffusés sous forme de liquide, de vapeur, de gaz ou de poussières. Ils suractivent le système nerveux et provoquent la paralysie des muscles respiratoires, notamment le cœur et le diaphragme. La mort peut arriver très rapidement, en moins de 5 minutes.

Les vésicants

On trouve dans cette catégorie le tristement célèbre gaz moutarde. Ces agents agissent sur la peau, les muqueuses et les yeux. Les cloques qui apparaissent sur la trachée et les poumons peuvent provoquer la mort par asphyxie. Ces agents sont dangereux, mais restent moins mortifères que d’autres.

Les suffocants

Ces agents très volatils et donc difficiles à identifier, comme le chlore utilisé à la Ghouta, peuvent être libérés sous forme gazeuse ou liquide. Ils bloquent l’arrivée d’oxygène dans l’organisme, conduisent à un œdème pulmonaire, qui asphyxie la victime.

Les hémotoxiques

Ces agents libérés sous forme gazeuse bloquent l’échange d’oxygène entre les globules rouges et le tissu cellulaire. Le Zyklon B, à base d’acide cyanhydrique, fut utilisé par les nazis dans les chambres à gaz. Instables, ils ne sont guère utilisés dans des attaques militaires d’envergure.


Un siècle de conflits empoisonnés

1915-1918 | Première Guerre mondiale

ypres

Première attaque chimique massive le 22 avril 1915 à Ypres (Belgique). L’armée allemande ouvre 6000 cannettes de gaz chlorine, causant environ 6000 morts et des milliers de blessés. Le 11 juillet 2017, l’armée allemande utilise du gaz moutarde, qui gagnera le nom d’ypérite. Le bilan des armes chimiques utilisées côtés allemand, britannique et français est évalué à 90000 morts pour toute la guerre.

1925 | Protocole de Genève

Le texte ratifié par 16 pays et entré en vigueur en 1928 interdit l’emploi des armes chimiques, mais pas leur fabrication, leur stockage ou leur usage à titre de repré- sailles. Au Maroc, l’armée espagnole utilise des gaz contre les rebelles berbères lors de la guerre du Rif, de 1921 à 1927.

1935-1936 | Guerre en Abyssinie

L’armée italienne procède à des bombardements de gaz moutarde pendant l’invasion de l’Ethiopie. En travaillant sur des insecticides, les Allemands découvrent le tabun et mettent au point les premiers gaz nervins dont le gaz sarin, un neurotoxique mortel.

1939-1945 | Seconde Guerre mondiale

Les nazis utilisent les armes chimiques dans les camps de concentration, et l’armée japonaise en Asie. Mais contrairement à la Première Guerre mondiale, les armes chimiques ne sont pas utilisées sur les grands champs de bataille européens.

1961-1971 | Guerre du Vietnam

orange

Utilisation massive de l’agent défoliant orange par l’armée américaine au Vietnam. Cet herbicide utilisé à une concentration militaire visait à affamer la population vietcong. Plus de 3000 villages sont arrosés et la population subit de graves brûlures.

1980-1988 | Guerre Iran-Irak

L’Irak utilise gaz moutarde, gaz sarin et cyclosarin contre l’Iran, faisant environ 60000 victimes dont 10000 morts. L’Irak utilise aussi les armes chimiques contre sa population: le bombardement de la ville kurde d’Halabja par «Ali le chimique» en 1988 fait 5000 morts et des milliers de handicapés à vie. A la même période, la Libye utilise l’ypérite dans le nord du Tchad durant le conflit tchado-libyen jusqu’en 1987.

1995 | Attentat du métro de Tokyo

La secte Aum Shinrikyo lance cinq attaques au gaz sarin le 20 mars 1995 qui font 12 morts et 5000 blessés.

1997 | Convention sur les armes chimiques

Entrée en vigueur de la Convention sur les armes chimiques, quatre ans après sa signature, qui interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l’usage des armes chimiques. En sont absents la Corée du Nord, l’Egypte, Israël (texte signé, pas ratifié) et le Soudan du Sud.

Depuis 2013 | Guerre en Syrie

En août 2013, des attaques dans les zones rebelles de la Ghouta orientale et de Mouadamiyat près de Damas, font au moins 1500 morts. Contre l’ONU, Damas dément l’usage de sarin mais accepte en septembre à Genève de démanteler son arsenal chimique sous les auspices russo-américains. Plus de 70 attaques chimiques présumées sont répertoriées depuis le début de la guerre.

2017-2018 | Assassinats politiques

Assassinat en février 2017 de Kim Jong-nam, demi-frère en disgrâce du nord-coréen Kim Jong-un avec un agent neurotoxique à l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie. Empoisonnement en mars 2018 à Londres de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia avec un agent neurotoxique particulièrement dangereux.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a