En janvier, Rachel Bronson, directrice générale du Bulletin of Atomic Scientists, le déclarait à Washington: «Nous exprimons désormais en secondes le temps séparant le monde de la catastrophe, non plus en heures ou en minutes.» A en croire la très sérieuse horloge de l’apocalypse, la planète n’a jamais été autant menacée par les armes nucléaires. Il faut dire que les mauvaises nouvelles sur ce front s’accumulent. Le régime de maîtrise des armements instauré durant la guerre froide est en train de s’écrouler.

Lire aussi: Beatrice Fihn: «Les armes nucléaires vont un jour être utilisées. La question est: quand?»