Proche-Orient

Les armes russes ont montré leur «fiabilité» et leur «efficacité» en Syrie, se félicite Moscou

Alors que l’intervention militaire russe en Syrie fait l’objet d’intenses critiques de l’ONU aux organisations non gouvernementales en passant par l’Union européenne, le ministre russe de la Défense a fait ce matin l’apologie des armes russes, dont certaines ont été testées pour la première fois en Syrie

L’intervention militaire en Syrie a démontré la «fiabilité» et l'«efficacité» des armes russes, s’est félicité jeudi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou soulignant que certaines d’entre elles y avaient été testées pour la première fois.

«Plusieurs armes de fabrication russe ont été testées dans les conditions difficiles du désert et ont montré en gros leur fiabilité et leur efficacité», a déclaré Sergueï Choïgou, lors d’une conférence sur l’utilisation des armes russes en Syrie.

«Les bombardiers stratégiques russes ont notamment pour la première fois utilisé de nouveaux missiles de croisière X-101 ayant un rayon d’action pouvant atteindre 4,500 km», a-t-il précisé.

Le ministre russe s’est également félicité de «l’expérience pratique acquise lors de tirs de missiles de haute précision et d’un long rayon d’action depuis des navires et des sous-marins déployés dans la mer Caspienne et la mer Méditerranée».

Les forces aériennes russes ont «réussi à stabiliser la situation dans le pays»

L’armée russe mène depuis le 30 septembre 2015 des raids aériens en soutien aux forces du président syrien Bachar al-Assad. Moscou affirme ne viser que les groupes djihadistes Etat islamique (EI) et le Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra). L’opposition syrienne et les Occidentaux accusent l’aviation russe de viser les rebelles de l’opposition modérée et de frapper régulièrement des quartiers d’habitations tuant ainsi des civils.


Lire:


Dans le cadre de cette intervention, la Russie avait déployé plus d’une cinquantaine de bombardiers, avions d’attaque au sol et hélicoptères qui ont effectué des milliers de raids aériens.

Les forces aériennes russes ont «réussi à stabiliser la situation dans le pays et à libérer une grande partie de son territoire des terroristes internationaux», a assuré Sergueï Choïgou.

Allié indéfectible du régime de Damas, la Russie mène actuellement des frappes en soutien à l’armée syrienne à Alep, deuxième ville du pays dont les forces du président Bachar al-Assad veulent reprendre la totalité.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi qu’ils suspendaient leurs pourparlers avec la Russie sur un cessez-le-feu en Syrie, après la destruction totale du plus grand hôpital du secteur rebelle d’Alep dans un bombardement aérien.

La Russie, qui dément régulièrement avoir frappé des hôpitaux et autres cibles civiles, a nié toute responsabilité pour ces bombardements.

Divisée depuis 2012 entre un secteur Ouest contrôlé par le régime et des quartiers Est aux mains des rebelles, Alep est devenue le principal front du conflit syrien, qui a fait plus de 300 000 morts en cinq ans.

Publicité