Armin Laschet a assumé samedi «la responsabilité» de l'échec de son camp conservateur lors des élections législatives allemandes de fin septembre, concédant que son parti devait entrer dans l'opposition après 16 ans au pouvoir.

«La responsabilité de ce résultat me revient en tant que leader et candidat à la chancellerie. Je suis responsable de la campagne électorale» et de son échec, a-t-il déclaré lors du congrès des jeunes chrétiens-démocrates de la CDU qui se tient à Münster ce week-end. «Nous avons obtenu un résultat amer» et «rien ne peut être passé sous silence», a-t-il ajouté.

Le pire résultat de l'histoire du parti

Lors des législatives du 26 septembre, la CDU avait, avec 24,1% des voix, obtenu le pire résultat de son histoire, terminant à la deuxième position derrière les sociaux-démocrates.

Ces derniers ont d'ailleurs vendredi posé les bases d'un futur gouvernement de coalition tripartite hétéroclite avec les écologistes et les libéraux du FDP: les trois partis ont vendredi annoncé un accord préliminaire en ce sens.

Des discussions approfondies pour un programme de gouvernement vont désormais débuter et devraient durer plusieurs semaines. A leur issue, si un accord voit le jour, c'est le social-démocrate Olaf Scholz qui devrait devenir chancelier et succéder à Angela Merkel.

Au soir du 26 septembre: Des élections qui devraient assurer la stabilité de l'Allemagne

Après 16 ans, dans l'opposition

Armin Laschet a ainsi estimé que les conservateurs devaient désormais se préparer à entrer dans l'opposition au sein du Bundestag, une position qu'ils n'avaient plus connue depuis 2005. «Maintenant, tout indique qu'une coalition de feu tricolore (correspondant à la couleur des partis SPD, écologiste et libéral) verra le jour», a-t-il admis.

Il a d'ailleurs qualifié leur accord préliminaire, qui refuse notamment une hausse des impôts ou avance la sortie du charbon, de «bon». «Nous aurions pu partager certaines de ces propositions», a-t-il ajouté.

Notre éditorial après les élections: L’éclatante santé démocratique de l’Allemagne

Une CDU au bord de l'implosion

Armin Laschet a aussi expliqué qu'il quitterait bientôt ses fonctions de président de la région de Rhénanie du Nord-Westphalie, la plus peuplée d'Allemagne et cœur vibrant de la CDU.

Il a appelé à un renouvellement de son parti, notamment par un rajeunissement mais aussi une plus importante féminisation. Il a également souhaité plus d'unité au sein de la CDU, menacée d'implosion. La veille, l'un de ses opposants, l'ultralibéral Friedrich Merz, potentiel candidat à la présidence du parti, avait estimé que la CDU était «au bord de l'écroulement».

Retrouvez nos portraits de jeunes Allemandes et Allemands qui ont grandi sous Angela Merkel.