Le «numéro deux de la mafia sicilienne», Cosa nostra, condamné notamment pour l’enlèvement et le meurtre d’un adolescent, a été arrêté dimanche soir dans la région de Trapani (sud), a annoncé la police. Domenico Raccuglia, 45 ans, était recherché depuis 15 ans pour association de malfaiteurs de type mafieux et faisait partie des 30 fugitifs les plus dangereux d’Italie, a précisé l’agence italienne Ansa.

Le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni s’est aussitôt félicité de cette arrestation, «l’un des coups les plus durs infligés aux organisations mafieuses dans les dernières années, car Raccuglia était de fait le numéro deux de Cosa nostra».

Il a été condamné trois fois à la réclusion à perpétuité, pour un total de cinq meurtres, et à 20 ans de prison pour tentative d’homicide. Il est impliqué en particulier dans une affaire qui a traumatisé l’Italie: l’enlèvement en 1993 d’un garçon de 14 ans, fils d’un mafieux repenti. L’adolescent était resté séquestré pendant plus de deux ans, avant d’être assassiné. Son corps avait ensuite été jeté dans de l’acide.

«Mimmo» Raccuglia, surnommé «le vétérinaire» pour sa passion des animaux, se cachait dans un appartement en banlieue de Calatafimi, dans la région de Trapani, où plusieurs armes ont été retrouvées. Au moment de son arrestation, il a tenté de prendre la fuite par la terrasse mais a été bloqué par les policiers qui avaient encerclé le bâtiment.

En dépit de la surveillance que la police exerçait sur son épouse, Raccuglia était parvenu à être père pour la deuxième fois, a précisé Ansa.

M. Raccuglia était considéré par la police comme un des successeurs potentiels à la tête de la mafia de Palerme. «Il faisait partie des grands chefs légendaires comme Rina ou Provenzano. Les gens pensaient qu’il était impossible de l’arrêter», a déclaré à l’AFP Umberto Di Maggio, président pour la région Sicile de l’association anti-mafia Libera.

«Il y a eu beaucoup d’arrestations ces derniers temps. Cela oblige Cosa nostra à se réorganiser en permanence. Aujourd’hui est un grand jour pour la lutte anti-mafia», a-t-il ajouté.

Dressant le bilan de la lutte contre la mafia au cours des 18 mois du gouvernement de Silvio Berlusconi, M. Maroni avait déclaré le 6 novembre que plus de 3’600 mafieux avaient été arrêtés, dont 15 figurant sur la liste des 30 fugitifs les plus dangereux du pays.