Les Russes ont la réputation d’être d’un abord glacial avant de devenir, une fois le contact établi, les plus chaleureux des hommes. Leurs immeubles correspondent à cette description. Il n’est pas question ici des isbas traditionnelles mais des grandes barres construites ces dernières décennies. Trouver l’entrée représente un premier exploit. On la cherche imposante du côté de la rue, elle vous attend dans une arrière-cour improbable et ressemble à une porte de local électrique, de celles qui promettent un gros choc à qui les ouvrirait. Après, ce ne sont que boîtes arrachées et boyaux de cave, le long desquels se succèdent des collections de portes blindées. Derrière la dernière cependant…